Paris 2024 en prospection sur la Ryder Cup

Paris 2024

Tony Estanguet, le président du Comité d’organisation des jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, était ce mercredi 26 septembre au Golf National où se dispute la Ryder Cup. Ses équipes y sont pour observer, car c’est sur ce site que seront organisées les compétitions olympiques de golf dans six ans. Il reviendra vendredi pour rencontrer des patrons, potentiels sponsors du COJO.

Etes-vous au Golf National en repérage ?

Tony Estanguet : «Depuis 4 ans, nous tentons de diriger une candidature portée par les sportifs. Nous sommes constamment au contact du mouvement sportif français, et donc, chaque fois que se dispute un grand événement en France, nous y sommes. Avec Pascal Grizot, le président de l’organisation de la Ryder Cup 2018, nous échangeons depuis plusieurs mois. Etre ici, c’est aussi une opportunité pour moi de rencontrer les athlètes : ce matin j’ai discuté avec Justin Rose [membre de l’équipe Ryder Cup Europe]. Nous avons évoqué les jeux de Rio et parlé du parcours du Golf National. C’est très important pour nous de mettre les athlètes dans les meilleures conditions. Nous avons six ans pour être les meilleurs partenaires du sport mondial. Cela signifie qu’il faut être en contact avec les grands événements et les fédérations sportives, Il y a donc beaucoup de raisons pour expliquer la présence du COJO Paris 2024 ici.»

La Ryder Cup se dispute aussi sur un futur site olympique. C’est important ?

T.E.: «La France a déjà accueilli beaucoup d’autres grands événements sportifs depuis 2014. Ici, c’est vrai et c’est historique, c’est la première fois que la Ryder Cup se dispute en France. Il y a un plateau de rêve et c’est effectivement sur le parcours de golf qui sera utilisé en 2024. Cet événement est aussi une formidable occasion de faire la promotion d’une discipline olympique. Cela va dans le sens des Jeux de 2024 qui devront laisser une trace dans ce pays.»

Un thème a-t-il retenu plus votre attention qu’un autre ici ?

T.E.: «Déjà, je tiens à remercier le comité d’organisation de la Ryder Cup : ils sont vraiment très bons et faciles d’accès. Nous avons décortiqué avec eux les contraintes qu’ils ont rencontrées, notamment, par exemple, le recrutement des volontaires, les transports, les aspects administratifs ou fiscaux. Ces échanges ont été très riches et ils permettent aussi de confronter ce que l’on a déjà analysé. Cela permet de voir comment nous pourrions faire différemment. C’était vraiment utile.»

Il y a aussi beaucoup de chefs d’entreprises sur la Ryder Cup. Est-ce une bonne occasion pour y rencontrer de potentiels futurs partenaires de Paris 2024 ?

T.E.: «J’ai visité tous les espaces hospitalités. J’ai regardé comment les partenaires étaient associés à l’événement et comment ils pouvaient s’y retrouver. Je reviendrai vendredi pour rencontrer des patrons. C’est important, car vous le savez, l’organisation des jeux repose sur des fonds privés, et il faut que les partenaires soient dans de bonnes conditions. Nous sommes dans une phase où l’on commence à engager nos partenaires. Comme les athlètes : nous voulons qu’ils soient dans les meilleures conditions afin qu’ils puissent y retrouver leur compte.»

©️ SportBusiness.Club. Septembre 2018