Paris 2024 : le surf fonce sur Tahiti, le break s’installe à la Concorde

Le suspense est terminé : les épreuves de surf des Jeux olympiques de Paris 2024 auront bien lieu à Tahiti. C’est le choix du Conseil d’administration du COJO (Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques) ce jeudi 12 décembre. Tahiti et sa vague mythique de Teahupoo ont été préférés aux quatre autres candidatures, toutes en métropole : Biarritz (Pyrénées Atlantiques), le duo Lacanau / Bordeaux (Gironde), le trio Hossegor / Seignosse / Capbreton (Landes) et La Torche (Finistère). Un rapport présenté au Comité international olympique il y a quelques semaines plaçait l’île de Polynésie française en tête.

Le COJO a pris sa décision après plusieurs mois de travail et d’étude. Tous les sites ont été visités et les fédérations française et internationale de surf ont été associées à la réflexion. La première motivation est purement sportive. Tahiti et Teahupoo, «la plus belle vague du monde», seraient le meilleur terrain d’expression pour les 48 athlètes sélectionnés (24 hommes, 24 femmes) selon une étude météorologique et océanographique menée sur les dix dernières années. Autrement dit, le choix de la Polynésie c’est l’assurance d’avoir une bonne vague en permanence garantissant ainsi la tenue des compétitions olympiques en temps et en heure. Les épreuves pourraient se disputer le matin afin d’être retransmises en soirée en France et dans l’après-midi aux Etats-Unis.

L’autre volet qui a placé Tahiti en tête des suffrages est politique : il s’agissait de la seule possibilité pour Paris 2024 d’associer les collectivités d’Outre-Mer aux Jeux olympiques de la métropole. Tony Estanguet, le président du COJO, et ses équipes ne cessent de clamer qu’ils souhaitent organiser des Jeux pour tous les Français et tous les territoires. Les compétitions de Paris 2024 n’auront donc pas lieu uniquement dans la Capitale et en Seine-Saint-Denis : Marseille aura la voile, le football se disputera aussi en province, et, donc, le surf sera pour Tahiti… à 15.720 kilomètres de la Tour Eiffel.

Un festival culturel Place de la Concorde

Concrètement, le site de Teahupoo serait aménagé afin d’accueillir 1.500 spectateurs. C’est peu. Ils devront être munis de jumelles car la fameuse vague se dresse à un kilomètre du rivage, après la barrière de corail. En fait, l’essentiel sera la carte postale qui sera envoyée aux 4 milliards de téléspectateurs potentiels des Jeux. De quoi offrir une agréable communication touristique à la Polynésie française. Outre les paysages, les images très spectaculaires des surfeurs et surfeuses dans le “tube” seront par ailleurs un levier de promotion extraordinaire pour le surf. Le COJO promet que le site est opérationnel et se veut rassurant sur les aspects financiers ou environnementaux. En fait, si les athlètes et les officiels devaient rejoindre Paris pour une cérémonie, cela ne concernerait qu’une centaine de personnes à déplacer en avion.

Le Conseil d’administration de Paris 2024 a validé un autre site de compétition cette fois-ci en plein cœur de la Capitale : la Place de la Concorde. Durant la quinzaine olympique le lieu devrait accueillir cinq disciplines : le basket 3×3, le BMX free-style, et les sports additionnels skateboard, escalade et breaking. Un stade éphémère de 30.000 places s’érigerait sur la place autour de l’Obélisque et face aux Champs-Elysées. C’est beaucoup plus que les 12.000 places de l’imposant stade de beach-volley installé à Rio sur la plage de Copacabana lors de Rio 2016. A Paris, le COJO souhaite faire de l’endroit un lieu de célébration olympique avec l’organisation d’un festival culturel et musical en parallèle des épreuves.

Pour valider définitivement ces choix, Paris 2024 a encore quelques étapes à franchir. La prochaine sera le 8 janvier 2020 devant les membres de la Commission exécutive du Comité international olympique qui se réunira en Suisse, la veille de l’ouverture des Jeux olympiques de la jeunesse d’hiver de Lausanne. Le programme des Jeux, disciplines par site, sera inscrit dans le marbre en décembre 2020. Paris 2024 pourra alors se vanter de proposer aux téléspectateurs de la planète la plus belle vague et la plus belle avenue du monde.

© SportBusiness.Club Décembre 2019

Le stade éphémère de la Place de la Concorde