Paris 2024 : l’Etat ok sur la facture

Le Premier Minsitre, Edouard Philippe, signe le protocole d'organisation des Jeux olympiques de Paris 2024.

L’Etat connaît désormais la facture des Jeux olympiques de Paris 2024 : 1.374.482.000 euros exactement. Il s’agit du montant de l’investissement public dans l’événement. La somme sera entièrement consacrée à la construction de structures qui resteront en héritage après 2024. Le détail (voir plus bas) est inscrit noir sur blanc dans le protocole d’organisation, un document officiel que le Premier Ministre, Edouard Philippe, a signé jeudi 14 juin à l’Hôtel-de-Ville de Paris.

«Les directives du Président de la République, Emmanuel Macron, étaient claires : il fallait respecter l’enveloppe initiale, a déclaré le Premier Ministre. C’est pour cela que j’ai demandé deux inspections car il était important de se poser, d’avoir une vision technique du projet. Il y a eu des ajustements, parfois significatifs. Mais nous avons maintenant une vraie cohérence et un projet optimisé tout en restant dans une logique d’héritage. Nous pouvons maintenant passer à la 2e phase».

Cette deuxième phase, c’est celle de la réalisation concrète des Jeux olympiques et le lancement des chantiers des structures. Toutefois, avant-cela, lundi 18 et mardi 19 juin, la commission de coordination du Comité international olympique (CIO), présidée par le Belge Pierre-Olivier Beckers-Vieujant, sera à Paris pour, justement, vérifier l’état d’avancement du dossier et valider le plan des sites proposé par le COJO. Ce n’est qu’ensuite que pourront commencer les travaux. Et ce sera un marathon jusqu’à l’été 2024.

© SportBusiness.Club. Juin 2018

Mise à jour, jeudi 6 septembre 2018. Le 22 juillet 2018 la Réunion des Musées Nationaux Gd Palais (qui y associe Paris 2024) a lancé un appel d’offres public concernant la « concession de travaux relative à la conception, financement, réalisation exploitation et démontage d’une structure éphémère à Paris, dans la zone du Champs-de-Mars côté Plateau Joffre ». «Cette structure, qui devra être une réalisation exemplaire en termes d’intégration urbaine, de qualité esthétique, de durabilité, de sobriété et de respect de l’environnement, sera implantée (…) du 1er septembre 2020 au 30 novembre 2024», précise le document. Valeur totale estimée : 16 millions d’euros. Date limite de remise des candidatures ou de réception des offres : 17 septembre 2018 à 16h00.


Où va aller l’argent public ?

Le protocole d’organisation signé par le gouvernement et les différentes parties prenantes, collectivités et Comité d’organisation des jeux Olympiques (COJO), détaille les sites et structures à construire ainsi que l’engagement financier de l’Etat dans ces travaux. L’organisation des Jeux, à proprement parlé, s’élève à 3 milliards d’euros et est entièrement financée par le Comité international olympique et le COJO via, notamment, les recettes commerciales et les partenaires privés.

Pour Paris 2024, dans le détail, la construction du Village olympique de l’Ile-Saint-Denis, qui reste fixé sur une jauge de 17.000 lits, coûtera 392,9 millions d’euros, dont 75% d’argent publics. Les bâtiments, comme le Village des médias prévu à Dugny et dont le coût s’élève à 144,3 millions, seront transformés après les Jeux en logements, 3.500 au total. C’est le chantier les plus importants des Jeux.

L’autre gros chantier est le stade nautique, un dossier sensible dont les coût pouvaient s’envoler. La structure de 15.000 place, installée Saint-Denis, face au Stade de France, sera finalement provisoire. En revanche, un autre centre nautique de 5.000 places, pérenne lui, verra le jour aussi à Saint-Denis, ainsi que trois autres bassins modulaires qui seront ré-installés ailleurs après les Jeux. Facture totale : 105 millions d’euros totalement financés par les contributions publiques.

Autre grosse charge : l’Arena 2 qui sera construite Porte de la Chapelle. Sa construction coûtera 90 millions d’euros, dont la moitié payée par le COJO Paris 2024. En revanche, l’Etat prendra à sa charge plusieurs travaux d’aménagements autour des sites olympiques, comme un échangeur autoroutier à Saint-Denis (95 millions) ou des passerelles d’accès sur des voies ferrés ou des routes (37 millions).


Le détails des coûts des infrastructures à construire.

Secteur Village des athlètes (Saint-Denis, l’Ile-Saint-Denis) : 601 millions d’euros (part du financement public : 76%)

  • Construction Village des athlètes : 392,9 M€
  • Aménagements de la zone : 208,1 M€

Secteur Grand Paris : 192 M€ (part du financement public : 100%)

  • Construction du centre aquatique et bassins modulaires (Saint-Denis) : 105 M€
  • Aménagements Stade de France : 50 M€
  • Aménagements Stade Yves du Manoir (Colombes) : 12 M€
  • Aménagements piscine Marville (La Courneuve) : 25 M€

Secteur Le Bourget (Dugny, Le Bourget) : 256 millions d’euros (part du financement public : 76%)

  • Construction Village des Médias : 144,3 M€
  • Installation du Centre des médias : 50 M€
  • Aménagements du secteur : 61,7 M€

Secteur Paris-Centre : 116 millions d’euros (part du financement public : 61%)

  • Aménagement Grand-Palais : 20 M€
  • Aménagement Stade Pierre de Coubertin : 6 M€
  • Construction Arena 2 (Porte de la Chapelle) : 50 M€

Autres secteurs : 117 ,8 millions d’euros (part du financement public : 100%)

  • Marina de Marseille : 15 M€
  • Passerelle sur autoroute A1 (Saint-Denis) : 21,2 M€
  • Aménagements à Roland-Garros (Paris) : 3,5 M€
  • Aménagements base nautique (Vaires sur Marne) : 3,5 M€
  • Aménagements des voies olympiques : 50 M€
  • Autres aménagements : 24,6 M€

Sites d’entraînements (aménagements) : 90 M€