Paris 2024 retourne à l’école

La troisième édition de la semaine olympique et paralympique à l’école se tiendra du 4 au 9 février 2019. La réussite des Jeux de Paris 2024 passe par le monde éducatif. «C’est un pilier pour faire des Jeux utiles qui permettront d’accélérer le changement,» affirme Marie Barsacq, directrice impact et héritage du comité d’organisation (COJO).

Le premier objectif de l’opération est le développement de la pratique sportive et de l’activité chez les jeunes. «Les valeurs du sport favorisent également l’apprentissage du vivre-ensemble, ajoute Marie Barsacq. Le sport peut aussi aller beaucoup plus loin que son simple périmètre.» Et de citer la désormais “règle de Mbappé”, un moyen mnémotechnique s’appuyant sur l’orthographe du nom de l’attaquant du Paris Saint-Germain rappelant qu’il faut écrire un “m” avant un “m”, un “b” ou un “p”.

En 2019, année de la Coupe du monde de football féminin en France, c’est le principe de la mixité qui est proposé aux professeurs pour cette semaine olympique et paralympique à l’école. Des cours et des ressources pédagogiques seront mis à disposition du corps enseignant. Certains élèves auront même la chance de voir arriver en cours un champion de retour dans son ancienne école.

Mettre en place des opérations pérennes

En début d’année, Paris 2024 a recensé plus de 500 projets lors de la dernière semaine olympique et 226 000 élèves touchés. L’objectif est de doubler ces chiffres l’an prochain. Ils restent toutefois modestes face à une population de 12,4 millions d’écoliers, collégiens et lycéens. Le sport à l’école a un gros potentiel.

Le chantier est immense mais Paris 2024 peut être un facilitateur. C’est en tout cas le rôle de la cellule Héritage du Cojo menée par Marie Barsacq. Son travail va bien au-delà de cette semaine olympique à l’école. «L’objectif est la création d’opérations pérennes», explique la responsable qui se réjouit de la nomination d’un délégué interministériel dédié à Paris 2024 au Ministère de l’éducation nationale. «Plus récemment, chaque rectorat s’est doté d’une commission Paris 2024,» indique-t-elle.

Autre piste pour le déploiement du sport à l’école, les labels “Génération Paris 2024”. «Ce sont des établissements scolaires qui créent des liens avec le mouvement sportif local, participent à la semaine olympique et peuvent accueillir des sportifs de haut niveau avec des classes à horaires aménagés,» détaille Marie Barsacq. Dernier point : l’ouverture des équipements sportifs de l’école aux clubs régionaux en soirée. A ce jour 836 collèges ou lycées bénéficient de ce label.

Enfin, le COJO travaille sur une plateforme pédagogique globale rassemblant les projets des acteurs du sport à l’école dans l’objectif de coordonner les actions. Des partenaires privés, sponsors des Jeux, pourraient être associés à cette initiative qui verrait le jour en 2020… juste un an avant, peut-être, la disparition du sport comme matière optionnelle au Bac !

© SportBusiness.Club. Novembre 2018.