Paris 2024: TF1 s’intéresse aux sports collectifs

TF1

Gilles Pélisson, le président du Groupe TF1, a indiqué mardi 26 septembre 2017 lors d’un point organisé par l’Association des Journalistes Médias, être intéressé par la diffusion des Jeux olympiques de Paris 2024 sur ses antennes, en précisant que ce ne sera pas «à n’importe quel prix». Le patron de TF1 affirme vouloir «aller au-delà de la cérémonie d’ouverture et de clôture avec notamment des sports collectifs», indique CB News.

A Londres, en 2012, TF1 avait seulement diffusé les deux cérémonies. Les compétitions étaient retransmises par France Télévisions. Cette fois, TF1 vise donc aussi les épreuves de football, de basket-ball et de handball. M6 serait, selon Les Echos, dans la même stratégie. Il faudra toutefois négocier avec le groupe Discovery qui détient les droits exclusifs des Jeux sur l’Europe pour 2022 (jeux d’hiver à Pékin) et 2024 à Paris. Le quotidien économique rappelle que «France Télévisions aurait déboursé 45 millions d’euros pour Rio, selon une note du ministère des Sports». Un coût qui devrait être nettement supérieur pour Paris 2024.

L’équipe de France partagée avec M6

Par ailleurs, Gilles Pélisson a confirmé la discussion avec M6 pour un partage des droits des matchs de l’équipe de France de football à compter de l’été 2018 dans le cadre de la qualification pour l’Euro 2020 puis pour la Coupe du Monde 2022. «On a eu une expérience intéressante et positive sur l’Euro 2016. Tout n’a pas encore été finalisé, mais on a dans l’esprit de les partager. On attend simplement la finalisation des contrats avec l’UEFA», a indiqué le Pdg de TF1, écrit L’Equipe. Quant à la Ligue des Champions, Gilles Pélisson n’y est pas opposé mais il souligne tout de même que ce ne sera pas à «n’importe quel prix», rappelant que «c’est 3 millions d’euros le match», précise CB News.

Le dirigeant a aussi précisé que sa stratégie d’acquisition d’événement sportifs était «opportuniste». Il a cité par exemple la Formule 1, dont TF1 a acheté les droits de quatre Grand Prix à compter de 2018 : «Ce n’est pas juste pour la Formule 1, c’est aussi, l’année prochaine, le retour du Grand Prix de France, sans compter la présence de pilotes Français

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*