Paris 2024 : un fauteuil pour… 61 !

Vous avez reçu un mail. En fait, c’est soixante-et-un mails que le cabinet britannique Odgers Berndtson a reçu vendredi 1er décembre, date limite pour déposer sa candidature au poste de directeur général (DG) du Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris 2024 (Cojo). Un chiffre qui dépasse les espérances des responsables du sport français, où l’on tablait plutôt sur une trentaine de prétendants. La liste des 61, hommes et femmes, ne devrait pas sortir de chez Odgers Berndtson. Le cabinet va maintenant s’atteler à étudier chaque candidature.

L’objectif est de proposer à Paris 2024 une short-list de deux à quatre noms. Ces derniers seront alors invités, à partir du 11 décembre, à se présenter devant une commission de sept personnes, représentants de toutes les parties prenantes : Paris 2024, CNOSF, Ministère des sports, Ville de Paris ou Etat. Au final, c’est Tony Estanguet, encore président du comité de candidature et futur président du Cojo, qui fera, seul, le choix de son directeur général. «C’est un animal à sang froid, il prendra sa décision sur des paramètres concrêts», confie l’un de ses collaborateurs.

Car l’enjeu est de savoir si Etienne Thobois se succédera à lui-même. Après Lima, où le 13 septembre dernier Paris a été officiellement désignée ville-hôte, le DG de la candidature fut un temps contesté. D’où le choix de lancer une procédure “neutre” pour le recrutement du futur DG du COJO, que brigue évidemment Etienne Thobois. S’il est retenu à l’issue de cette procédure, aucune autre contestation ne pourra alors se faire entendre.

Des profils très variés

Etienne Thobois et Jérémy Botton, deux candidats pour le poste de directeur général de Paris 2024

L’ancien patron de la Coupe du Monde de rugby 2007, et ex-dirigeant de l’agence Kénéo, a l’expérience olympique nécessaire pour le job. Il devra toutefois convaincre qu’il est bien le meilleur pour le poste car il aura face à lui d’autres personnalités revendiquant elles aussi une forte expérience dans l’organisation des grands événements sportifs. C’est le cas de Jérémy Botton, ancien DG du Tour de France et de Roland Garros, seul autre candidat dévoilé.

Selon mes informations, ni Jean-Claude Blanc (Paris Saint-Germain), ni Jean-François Vilotte (ex-Autorité de régulation des jeux en ligne), encore moins Jean-Claude Killy, n’ont envoyé de mail à Odgers Berndtson. La short-list réservera son lot de surprises : les profils des 61 candidatures sont forcément très variées. Ainsi, il y aurait un ancien patron d’une enseigne d’intérim. Le DG du futur Cojo devrait être officialisé le 21 décembre, date de la dernière assemblée générale du comité de candidature. Il prendra ses fonctions dès la création du Cojo début janvier 2018.

1 Rétrolien / Ping

  1. Paris 2024: choix final pour le DG – SportBusiness.Club

Les commentaires sont fermés.