Look : «Les vélos de piste comme vitrine technologique.»

Cyclisme

Entretien : Fédérico Musi. Le président de Look Cycle est l’invité du podcast de SportBusiness.Club. La marque française, installée à Nevers (Nièvre) vient de dévoiler le vélo des coureurs de l’équipe de France sur piste, le T20, qui a nécessité 4 années de recherche et coûte 10.000 euros. Interviewé au vélodrome national de Saint-Quentin-en-Yvelines, à l’occasion du média day de la Fédération française de cyclisme, il explique pourquoi ce nouveau matériel est un enjeu pour sa marque : le T20 sera une vitrine technologique. Extraits.

Le développement d’un vélo de piste de compétition semble s’apparenter à la mise au point d’une Formule 1. Est-ce le cas ?

Fédérico Musi : «Oui, on parle du vélo de piste comme de la Formule 1 du vélo. Les courses peuvent être gagnées au millième de seconde, il faut avoir des produits extrêmement pointus technologiquement. Le produit a été conçu dans sa globalité et nous avons travaillé avec de nouvelles fibres de carbone. (…) Plusieurs tests ont été réalisés en soufflerie afin d’améliorer l’aérodynamisme du vélo. Au final, nous sommes arrivés à un vélo plus léger que le précédent, de 6,8 kilos, juste à la limite autorisée par l’UCI, mais 25% plus rigide et qui gagne 12% en CX

Le vélo de piste est-il un axe de développement commercial pour Look ?

F.M.: «La piste et en particulier les Jeux olympiques sont pour nous une vitrine importante. Nous sommes fiers d’être un ambassadeur de la France. Bien évidement, au niveau commercial, les marchés les plus importants pour nous sont la route, pour nos vélos en grande série, et les pédales, dont la gamme a été élargie de manière extrêmement importante depuis trois ans avec la route, le VTT, le trekking et d’ici à quelques mois nous serons également sur les marchés des vélos urbains et électriques.»

Vous utilisez des matériaux pouvant être considérés comme polluant, comme la fibre de carbone. Quelle est la politique de Look Cycle en matière de RSE ?

F.M.: «Nous sommes une entreprise dans l’univers du sport et donc de la santé. Look est très engagé naturellement dans ces problématiques d’environnement. (…) Nous travaillons sur un système circulaire qui nous permettrait de reprendre nos anciens produits encore en circulation, comme les pédales, afin de récupérer une partie des matériaux utilisés. En revanche, c’est plus compliqué de travailler sur du matériel biodégradable.»

© SportBusiness.Club Février 2020


Ecoutez le podcast de Fédérico Musi