Quand le sport féminin fait du bien aux marques

Tirage au sort de la Coupe du monde de football féminin.

La Coupe du monde de football féminin a débuté avec une annonce surprise : Arkema, groupe chimique français, premier partenaire national à se déclarer pour le mondial français (7 juin au 7 juillet 2019). Plus d’un an avant l’événement, l’entreprise a grillé la politesse aux sponsors traditionnels comme la SNCF, le Crédit Agricole ou EDF.

«Nous sommes déjà engagés dans la voile, mais quand la fédération française de football nous a sollicité, cela nous a paru comme une évidence, explique Gilles Galinier, vice-président communication d’Arkema, lors du colloque Think Foot 2019 de News Tank Football. On y a vu une très bonne occasion pour travailler notre marque employeur

Atteindre des territoires clés

Présent dans 55 pays et employant 19.800 personnes, dont plus d’un tiers en France, le groupe français voit dans ce partenariat une bonne manière de communiquer autour de la place de la femme dans l’entreprise. «Nous recrutons en France autant de femmes que d’hommes,» indique le responsable. Toutefois, en s’associant avec la Coupe du monde féminine, Arkema a également trouver d’autres avantages.

«La société est présente dans de nombreux pays qualifiés pour ce mondial et cette visibilité internationale va nous permettre de travailler la notoriété sur des territoires clés, notamment aux Etats-Unis et en Asie où nous ne pouvions pas faire de publicité, assure Gilles Galinier. De plus, en France, comme les stades de la Coupe du monde ne sont pas loin de nos différents sites nous allons organiser des opérations de communication en interne et des relations publiques

April prend de l’assurance avec les joueuses de l’OL

Le son de cloche est identique chez April. L’assureur, également invité au colloque de News Tank Football, est partenaire majeur de l’équipe féminine de l’Olympique Lyonnais. L’entreprise, installée à Lyon, souhaitait communiquer autour de la place de la femme dans la société et le rapprochement avec le club voisin s’est fait naturellement du fait de la proximité géographique.

«Un cap a été passé en 2016 quand nous avons amené les joueuses de l’OL dans une saga publicitaire où elles se retrouvaient dans la peau d’héroïnes et d’expertes, raconte Maya Raimbaud-Cayon, directrice de la communication et de la marque du groupe April. Les résultats de ces films viraux ont dépassé nos espérances en termes de retour sur investissement

April profite aussi en interne de ce partenariat avec les filles de l’OL. «On capitalise autour de la marque employeur pour fidéliser nos collaboratrices et collaborateurs, confirme la dirigeante. Les joueuses sont notamment venues nous parler de leur reconversion, car elles réfléchissent aussi à leur rebond post-carrière.» Le sport féminin dévoile ses vertus aux annonceurs.

© SportBusiness.Club. Février 2019.

1 Rétrolien / Ping

  1. Cette semaine 6, Olbia a appris que… | Olbia le blog

Les commentaires sont fermés.