Quel impact pour la Ryder Cup 2018 ?

La Ryder Cup 2018, au Golf National de Saint-Quentin en Yvelines, n’a pas été qu’un succès populaire. L’événement international, qui s’est disputé du 28 au 30 septembre l’an passé, a généré un impact économique supérieur à 100 millions d’euros pour la Région Ile-de-France, selon une étude réalisée par le CDES de Limoges et commanditée par le Ministère des Sports. Ce montant, que Christophe Lepetit, responsable des études économiques, a précisément chiffré entre 95,4 et 103,5 millions d’euros, correspondant au gain financier supplémentaire que la compétition de golf a produit sur le territoire en comparaison à une activité normale, sans événement.

L’enquête a mesuré les frais engagés par l’organisation (dirigeants, joueurs, volontaires, médias…) et les dépenses des spectateurs liées à cet événement transport, restauration, hébergement, produits dérivés, tourisme… Au total 227.847 billets ont été vendus pour la Ryder Cup à 115.527 spectateurs venus donc en moyenne un peu moins de deux fois (1,97) sur le parcours de l’Albatros. A ce chiffre s’ajoutent 14.250 personnes accréditées. L’étude, réalisée auprès de plus de 14.000 individus indique qu’en moyenne chaque spectateur étranger a séjourné 4,17 jours dans la région : 64% des billets ont été vendus hors de France. Au total, 117.347 nuitées ont été enregistrées en hôtel.

6,5 M€ en équivalent pub pour Saint-Quentin-en-Yvelines

De son côté, Kantar a répertorié 12.533 retombées médias de la Ryder Cup dans la presse française, articles ou reportages, du 15 septembre au 15 octobre, dont 41% mentionnaient Saint-Quentin-en-Yvelines, soit un équivalent en espace publicitaire estimé à 6,4 millions d’euros. A l’international, 73.629 retombées médias ont été enregistrées, mais c’est l’Ile-de-France qui recueille plus de mentions (en dehors de “France”) avec un équivalent publicitaire estimé à 1 million d’euros rien qu’en télé. L’enquête n’a pas regardé la visibilité des marques partenaires.

Cette étude globale a également mesuré les aspects sociaux et environnementaux de cette compétition internationale. Ainsi, selon Evéa, les spectateurs de l’événement ont cumulé 327 millions de kilomètres parcourus en transport. L’organisation a consommé 770.000 kilowatts d’électricité, produit 768 tonnes de déchets et laissé 1,4 tonne d’équipement aux bénévoles. Par ailleurs, MKTG a évalué que 46% des bénévoles de la Ryder Cup, dont la moitié d’étrangers, estimaient que la compétition leur avait permis de s’améliorer en langues étrangères.

Enfin, un an après l’épreuve, pratiquement jour pour jour, la Fédération française de golf révèle que son nombre de licenciés a augmenté de 2,5% et pourrait dépasser les 420.000 en fin d’année. «La Ryder Cup n’est certainement pas étrangère à cette performance,», se réjouit Jean-Lou Charron, président de l’instance sportive et ravi de cet impact direct pour sa discipline sportive.

© SportBusiness.Club Septembre 2019

Accès à l’étude complète sur le site du Ministère des Sports

(*) Centre de droit et d’économie du sport de Limoges.


Une étude de référence

Mandatée par le Ministère des sports, l’étude d’impact réalisée par MKTG, le CDES, Kantar et Evéa pour la Ryder Cup 2018 pourrait servir de référence pour les prochains grands événements sportifs internationaux organisés en France. «C’est la première fois qu’une telle enquête économique est enrichie par des volets sociaux et environnementaux, se réjouit Roxana Maracineanu, ministre des Sports. Cet outil d’évaluation constitue un véritable héritage car tous les prochains grands événements sportifs, qui généreront des retombées économiques supérieures à 5 millions d’euros, devront aussi mesurer leurs impacts social et environnemental.» Une enquête nécessaire pour mettre en avant les retours positifs des événements sportifs dont certains réclament des investissements de plusieurs millions d’euros de la part des instances publiques.