Quels nouveaux sports pour Paris 2024 ?

Yndiara Asp au Red Bull Bowl Rippers de Marseille le 2 septembre 2018

Trois. Quatre peut-être. Cinq au grand maximum. C’est le nombre de disciplines sportives qui seront certainement invitées à Paris 2024 en plus des vingt-huit sports olympiques du programme officiel. Jeudi 21 février, Tony Estanguet, président du Comité d’organisation des jeux olympiques et paralympiques (COJO), devrait dévoiler sa liste de souhaits. Celle-ci sera présentée à la commission exécutive du Comité international olympique (CIO) fin mars, puis discutées lors de la session du CIO fin juin. La décision finale sera prise fin 2020, après les Jeux de Tokyo.

«Le COJO a deux choix : soit présenter un liste courte avec 3 ou 4 disciplines, soit une liste plus longue avec 6 à 8 sports, indique Ludovic Mauchien, journaliste indépendant et auteur du livre JO 2024 Participer ou gagner ? (*). Dans le premier cas, ils prennent le risque de se couper de sports qui seront à Tokyo.» Cinq disciplines additionnelles ont en effet obtenues leur ticket pour les Jeux de 2020 : le baseball, le karaté, le skateboard, l’escalade et le surf. Difficile d’en condamner une avant cette évaluation en situation réelle. Du coup, ce jeudi, le COJO pourrait dresser une liste un peu plus longue. «Dans ce cas, ils laisseraient les membres du CIO prendre la décision finale et se débrouiller avec leurs choix,» analyse le journaliste.

Des sports jeunes, mixtes et avec peu d’athlètes qualifiés

Quoi qu’il en soit, toutes les disciplines présélectionnées devront déjà répondre positivement à plusieurs critères. «Ces sports devront tout d’abord rajeunir le programme olympique et être pertinents auprès des jeunes,» explique Vincent Chupin, consultant audiovisuel et ex-patron des médias au CIO. De quoi ravir les sponsors des Jeux en mal de séduction auprès des Millennials.

«Les sports choisis devront être mixtes et surtout proposer un nombre limité d’athlètes,» poursuit l’expert. En effet, pour être en conformité avec l’Agenda 2020 mis en place par le CIO, Paris 2024 doit rester dans une jauge de 10.500 athlètes, pas un de plus. Ainsi, pour accepter un nouveau sport, il faudra que les disciplines olympiques actuelles fassent un peu de place. Autant dire que cette partie ne sera pas simple et qu’il est préférable de laisser cette besogne au CIO.

«Derniers critères pour Paris 2024 : profiter de sports qui mettront en valeur un site ou un monument et, enfin, peuvent être de potentiels pourvoyeurs de médailles pour la délégation française,» note encore Vincent Chupin. Ce dernier point n’étant pas un détail pour contribuer au succès populaire des Jeux.

Une vingtaine de sports aurait frappé à la porte de Paris 2024. Tous les candidats potentiels ont été reçus par Jean-Philippe Gatien, l’ancien champion de tennis de table, directeur des compétitions au COJO. La fameuse liste, elle, est classée “Secret Défense”. Jusqu’à jeudi.

© SportBusiness.Club

(*) JO 2024 Participer ou gagner ? (Editions 4Trainer) par Ludovic Mauchien. 530 pages. 21,90 euros.

Mise à jour, jeudi 21 février. Quatre disciplines sportives ont été choisies par Paris 2024 : le surf, l’escalade, le skateboard et le breakdance.


Dix-neuf sports sur la ligne de départ

Certains ont organisé des points presse. D’autres ont adoptés une stratégie de lobbying plus discrète. Au total dix-neuf sports auraient déclaré leur candidature pour intégrer le programme officiel des Jeux de Paris 2024. C’est le cas de la voltige aérienne qui mise sur une nouvelle discipline pratiquée en intérieur dans de larges tubes équipés d’une puissante soufflerie. Le billard et les échecs sont montés au front des médias en mettant en avant l’universalité de leur discipline. mais, le duo aurait peu de chance d’accéder au rêve olympique.

Ce n’est pas le cas des cinq sports « additionnels » de Tokyo. Tous souhaitent prolonger cette échéance et les Jeux de 2020 leur fourniront une excellente vitrine. Le surf mène une campagne très active. En France quelques villes, comme Biarritz, sont même déjà candidates pour (potentiellement) accueillir les épreuves. La discipline est fun, jeune et permettrait à Paris 2024 de… sortir de Paris. Le skateboard, fun lui aussi, a fait sensation aux Jeux olympiques de la jeunesse (JOJ) de Buenos-Aires à l’automne 2018. La discipline devra passer l’épreuve des “vrais” Jeux à Tokyo, et mieux se structurer à l’international.

Comme le surf, l’escalade semble être un candidat sérieux pour Paris 2024. La discipline est spectaculaire et se développe vite. Il faudra toutefois trouver un site qui devra être doté une importante hauteur sous plafond importante… ou proposer des structures éphémères en extérieur. Le karaté a lui l’avantage de la tradition en France et de l’universalité, mais l‘équipe de France est dans le creux de la vague. Le baseball cumule deux inconvénients : c’est un sport d’équipe nécessitant beaucoup d’athlètes au total… et son niveau de popularité en France et en Europe est proche de zéro !

Breakdance et pétanque ?

Retoqué pour Tokyo, le squash tente une nouvelle fois le coup pour Paris. La discipline réclame peu d’athlètes mais se dispute en intérieur et n’est pas très spectaculaire. Ce n’est pas le cas du wakeboard, dérivé du ski nautique. De son côté, le kart électrique, remarqué par Thomas Bach, le président du CIO, à Buenos Aires aux JOJ, porte tous les espoirs des sports mécaniques. La pelote basque est aussi sur la liste des candidats. Pourquoi un couplage avec le surf à Biarritz ?

Il reste deux interrogations. Ce seront peut-être les surprises du chef. D’une part le breakdance. La discipline a fait son apparition aux JOJ, comme le skate et est gérée par une fédération affiliée au CIO, la World Dance Sport Federation. Rien ne lui interdit d’être sport olympique. Enfin, d’autre part, la pétanque. Là aussi, la Confédération Mondiale du Sport des Boules est reconnue par le CIO. Pour représenter authenticité à la française il est clair que l’on ne peut pas faire mieux.


Les 28 disciplines olympiques officielles des Jeux d’été

  • Athlétisme
  • Aviron
  • Badminton
  • Basket-ball
  • Boxe
  • Canoë
  • Cyclisme (route, piste, BMX, VTT)
  • Escrime
  • Football
  • Golf
  • Gymnastique
  • Haltérophilie
  • Handball
  • Hockey
  • Judo
  • Lutte
  • Pentathlon moderne
  • Rugby (Rugby à 7)
  • Sports aquatiques (natation, plongeon, water-polo, natation synchronisée)
  • Sports équestres (saut d’obstacles, dressage, cross country)
  • Taekwondo
  • Tennis
  • Tennis de table
  • Tir
  • Tir à l’arc
  • Triathlon
  • Voile
  • Volley-ball

Les 5 disciplines additionnelles de Tokyo 2020

  • Baseball/Softball
  • Escalade sportive
  • Karaté
  • Skateboard
  • Surf