Roland-Garros : les pistes pour remplir les loges

Le court central de Roland-Garros a fait le plein pour la finale messieurs entre Rafael Nadal et Dominic Thiem ce dimanche 9 juin. Mais cela n’a pas été le cas durant la quinzaine. Porte d’Auteuil, les retransmissions télé ont mis en évidence des loges souvent quasiment vides ce qui a créé la polémique sur les réseaux sociaux, comme tous les ans. «Oui, c’est un problème, reconnaît Guy Forget, directeur de Roland-Garros. Nous travaillons sur ce sujet depuis plusieurs années avec les partenaires du tournoi

L’une des pistes serait de demander, dès l’année prochaine, aux sponsors de pratiquer du surbooking, c’est-à-dire d’attribuer ces places en loges sur les courts à davantage de personnes qu’elles ne peuvent en contenir. Charge aux partenaires de gérer ces places, entre une session du déjeuner et une autre durant l’après-midi. «On a conscience que nous devons aller plus loin dans cet exercice pour éviter ce genre de chose, explique Guy Forget. Je rappelle cependant que d’autres tournois du circuit sont confrontés à cette problématique.»

Le numérique au secours

Bernard Giudicelli, le président de la Fédération française de tennis (FFT), est également soucieux de ce problème mais il défend la vente de ces offres, chères, aux partenaires et entreprises . «Si nous ne vendions que des entrées générales sans prestations d’hospitalité c’est l’économie du tournoi, et même de la fédération, qui en serait affectée, avance-t-il. Si ce n’était pas le cas, je ne suis pas sûr que nous puissions donner un prize-money équivalent aux joueurs et je suis certain que nous n’aurions pas pu assurer les investissements dans le stade

Le président de la FFT estime qu’une partie de la solution pourrait venir d’une optimisation de la numérisation de la billetterie, notamment grâce au travail d’Infosys, le nouveau partenaire technologique du tournoi. «Cela nous permettrait d’avoir une politique d’occupation des courts qui fasse rencontrer à la fois la volonté de promotion et d’image des partenaires et à la fois la passion des spectateurs dans le stade,» indique Bernard Giudicelli. D’autant plus si tout ce petit monde se retrouve effectivement autour des courts.

© SportBusiness.Club. Juin 2019


520.000 billets vendus : record battu

Roland-Garros 2019 restera l’édition qui sera passée au-dessus des 500.000 billets vendus : 520.000 ! Une réelle satisfaction pour Guy Forget, directeur du tournoi : «Cela faisait longtemps que nous butions sur cette barre du demi-million de spectateurs,» se réjouit l’ancien champion. Cette affluence est la meilleure jamais enregistrée dans l’histoire de Roland-Garros. Le dernier record datait de l’an passé avec 480.575 spectateurs, jours de qualifications comprises. Ce chiffre est celui des billets vendus. Cette année, la Fédération française de tennis (FFT) a dû annuler toute une journée (mercredi 5 juin) et une partie des matchs d’une autre pour “cause météorologique”. Autant de billets à rembourser : 2,5 millions d’euros environ selon nos informations. «Mais nous sommes assurés pour ce risque, affirme Bernard Giudicelli, président de la FTT. Il n’y aura aucune perte de gestion


Travaux : la phase 4 débute mercredi

Les pelleteuses vont de nouveau investir les allées de Roland-Garros. Aussitôt les structures éphémères installées pour le tournoi seront démontées, débutera la “déconstruction” du court n°1. «Ce sera dès vendredi 21 juin, précise Bernard Giudicelli, président de la Fédération française de tennis (FFT). Nous attaquerons alors la phase 4 des travaux.» Outre la destruction du “numéro 1”, qui permettra d’aménager une large Place des Mousquetaires, l’autre principal chantier sera l’installation du toit amovible sur le Central Philippe-Chatrier. «Des portions d’ailes de 8 mètres de long seront acheminées de l’usine qui les fabrique en Italie, détaille Bernard Giudicelli. Il y aura six fois huit portions installées de chaque côté du stade.» Ce travail s’échelonnera de septembre 2019 à février 2020. Suivront quelques semaines d’essais techniques, puis l’organisation de l’édition 2020 du tournoi avec un central couvert pour la pluie et dont les coursives seront terminées et emménagées. En parallèle, la plupart des courts seront équipés d’éclairage et le stade bénéficiera d’une nouvelle entrée principale avenue de la Porte d’Auteuil.

Audiences télé : Selon Guy Forget, directeur du tournoi, les retransmissions des matchs sur les chaînes de France Télévisions ont attiré cette année 1,3 million de téléspectateurs en moyenne, avec une part d’audience de 15,6%. Un pic avec 3,698 millions de personnes a été atteint sur France 3. En Chine, 63 millions de personnes ont regardé au moins 1 minute du tournoi.

Bernard Giudicelli (FFT) et Guy Forget (Roland-Garros)

E-Sport à Roland-Garros : peut mieux faire

La finale internationale de la deuxième édition des e-Series, le tournoi e-sport de Roland-Garros, parrainé par BNP Paribas, a eu les honneurs d’un vrai court du stade de la Porte d’Auteuil, le Numéro 1, et non pas, comme l’année dernière, d’une salle de restaurant. Davantage de visibilité, donc, et un match qui s’est disputé en matinée le dimanche de la grande finale messieurs. De quoi mettre l’e-sport en avant.

Si les Français ont été remarqués pour leur manque de performance lors du tournoi réel, en revanche ils ont dominé le virtuel avec une finale 100% tricolore. En finale c’est Marvin Nonone, dit RVP et issu des qualifications de clubs FFT, qui l’emporte face à Thibaut Karmaly, dit Thibka, vainqueur du tournoi national online. La veille, le duo était sorti gagnant des finales internationales où se retrouvaient les 12 meilleurs mondiaux, dont 9 venant d’Espagne, d’Allemagne, de Grande-Bretagne ou des Etats-Unis.

Monfils vs Monfils !

L’écrin était majestueux pour cet événement e-sport, mais le spectacle n’était pas forcément au rendez-vous. Ainsi, même si un écran géant avait été installé en fond de court pour suivre les échanges sur le jeu Tennis World Tour développé par les français de Big Ben, les joueurs, eux, avaient été exilés dans les cabines commentateurs, en haut des gradins, et surtout loin de la vue des spectateurs. Dommage, car le journaliste Nelson Montfort, et l’animateur spécialisé Norman “Genius” Chatrier, se sentaient bien seuls sur le court pour commenter le match.

Par ailleurs, les deux joueurs, RVP et Thibka, avaient chacun choisi le même tennisman pour se représenter dans le jeu vidéo : le Français Gaël Monfils. Du coup, difficile de repérer qui était qui, d’autant que le cartouche affichant le score indiquait “Monfils” contre “Monfils” ! De quoi faire perdre son anglais à Nelson Montfort : «Les deux joueurs sont… assez ressemblant,», s’amusait-t-il. Un règlement, interdisant par exemple de prendre le même joueur, permettrait sans doute d’offrir un peu plus de lisibilité et de popularité à cet événement qui mérite encore un peu de promotion.


1 Rétrolien / Ping

  1. Roland Garros va-t-il quitter France Télévisions ? | SportBusiness.Club

Les commentaires sont fermés.