Route du Rhum : «J’espère rendre un bilan positif en fin d’édition»

Mathieu Sarrot, Directeur des événements Offshore chez OC Group à Saint-Malo au départ de la Route du Rhum.

Directeur des événements Offshore chez OC Group et organisateur de la Route du Rhum, Mathieu Sarrot doit faire face à une importante augmentation des coûts pour l’édition 2018 de la course transatlantique dont le départ sera donné dimanche 4 novembre de Saint-Malo.

La 11e édition de la Route du Rhum a battu un record d’engagés. Cela signifie-t-il aussi une augmentation des recettes pour OC Sport ?

Mathieu Sarrot : «Avoir 123 marins au départ cela signifie effectivement plus de recettes. Cela engendre aussi beaucoup plus de dépenses. Quand nous avions travaillé sur le plan de charge, nous tablions sur un peu plus de 100 bateaux. C’était le chiffre optimal pour un accueil dans les marinas existantes, à Saint-Malo et à l’arrivée en Guadeloupe. Au final, on a donc 123 engagés, et avec des bateaux de plus en plus grands. En classe Mono Rhum, nous attendions des dimensions de 12 à 15 mètres : certains dépassent 20 mètres ! Du coup, il a fallu aménager les ports et ce travail a un coût : environ 250.000 euros

Louez-vous les emplacements dans les ports ?

M.S. : «Non. La Route du Rhum a un partenariat avec la Région Bretagne, propriétaire des ports, la Chambre de commerce, qui en est le délégataire, et la Ville de Saint-Malo. Toutefois, il a donc fallu réaménager ces ports et les marinas : ce fut un chantier de 19 jours pour le montage. Et puis, il faut aussi prévoir les sorties des bateaux, les passages dans les écluses et l’accueil dans d’autres marinas la veille du départ. Ce sont autant de coûts supplémentaires.».

D’autres postes ont-ils vu leurs coûts augmenter ?

M.S.: «Je suis très inquiet, car beaucoup de choses ont changé depuis la dernière Route du Rhum en 2014. Quand avec nos actionnaires du Télégramme nous avions bâtit le budget prévisionnel de cette édition les attentats de Paris n’avaient pas eu lieu. Depuis 2015 les coûts liés à la sécurité ont augmenté de manière exponentielle. A Saint-Malo, pour assurer la sécurité des marins et du public il a fallu totalement repenser le Village. Il y a quatre ans, le coût de la sécurité avait été de 67 00 euros. Cette année, cette dépense s’élève à 249.000 euros. Le Ministère de l’intérieur a classé le départ de la Route du Rhum parmi les grands événements

Quel est le budget de la course ?

M.S. : «Il se situe entre 7,5 et 8 millions d’euros, avec un niveau de dépenses estimé entre 7 millions… et je ne sais pas trop car on nous impose toujours de nouvelles charges supplémentaires. Nous sommes sur la corde raide. Jusqu’à présent le budget était positif. J’espère quand même rendre encore un bilan positif à mon président à la fin l’édition

Quelles sont les types de ressources financières ?

M.S.: «La principale ce sont les partenaires institutionnels avec une enveloppe d’environ 4 millions d’euros. Je parle des deux territoires, la Bretagne, Saint-Malo et la Guadeloupe. Ensuite il y a les partenaires privés, puis les inscriptions des concurrents. Il y a aussi des recettes liées aux exposants sur le Village.»

A combien s’élèvent les coûts d’engagement pour les skippers ?

M.S.: «Ils sont publics : 6.000 euros pour les Mono et Multi Rhum, 8.000 euros pour les Class 40, 15.000 euros pour les Multi 50, 20.000 euros pour les Imoca. Le droit d’engagement pour les Ultimes [les maxi-multicoques] s’élève à 50.000 euros, mais ils participent également aux frais de construction  d’une marina extérieure spéciale pour eux à hauteur de 30.000 euros par bateau

© SportBusiness.Club. Novembre 2018

1 Rétrolien / Ping

  1. Cette semaine 44, Olbia a appris que… | Olbia le blog

Les commentaires sont fermés.