Saint-Valentin, l’amour foot

Personne n’est dupe : ce mercredi 14 février, l’actualité c’est… le huitième de finale de la Ligue des Champions qui oppose le Real Madrid au Paris Saint-Germain. Cela dit, c’est aussi le jour de la Saint-Valentin, la fête des amoureux devenue au fil des années une belle affaire commerciale également. Cette concordance d’événements pose a priori un dilemme insurmontable dans l’esprit des supporters du Paris Saint-Germain, des fans de football et des hommes, en général. C’est en tout cas ce que pensent quelques marques, qui surfent très opportunément sur cette double actualité, que quelques’uns souhaitent opposer. Certainement à tord.

Be In Sports, déjà, pour qui l’enjeu est de taille. La chaîne est le seul et unique diffuseur du match ce mercredi soir. Du coup, son agence, DDB Paris, a concocté un film promo tout en tendresse et amour où joueurs du PSG et de Madrid d’embrassent, se tiennent la main, s’échangent regards coquins et tendres câlins. Un clin d’œil, évidemment, car il n’est pas sûr que l’on voit cette réalité là sur le terrain dès le coup d’envoi de la rencontre.

Plus prosaïquement, la chaîne a proposé à ses abonnés de gagner un bouquet de fleurs à livrer chez «l’élu(e) de votre cœur». Histoire peut-être d’avoir la conscience tranquille quand, pour le match, cet abonné aura réuni sa tribu à la maison pour regarder Real Madrid/PSG dans son salon… après avoir commandé de quoi se restaurer chez Domino’s Pizza. Car, en effet, une autre offre de Be In Sports promet pour toute commande auprès de la chaîne de restauration un code d’accès pour suivre le match via la plateforme de la chaîne. Fleurs ou pizzas, plus la peine de choisir.

Pour ceux qui doute encore sur la réalité commerciale de la Saint Valentin, il suffit d’ouvrir L’Equipe. Ce mercredi 14 février, le quotidien sportif propose trois annonces publicitaires un peu inhabituelles : deux pour de la lingerie féminine, Lise Charmel et Etam, une pour le bijoutier Cartier. La régie publicitaire, Amaury Média, s’est justement rappelée le jour de la Saint Valentin que 17,6% des lecteurs de l’Equipe sont des lectrices.

Opportuniste encore : la SNCF. Le transporteur, par la voix de sa filiale OuiSncf.fr, propose une lettre d’excuse déjà entièrement rédigée proposant à son amoureuse/amoureux de reporter la soirée de la Saint-Valentin d’un gros mois, au 28 mars, jour de la Saint-Germain ! Malheureusement, cette proposition n’est pas accompagnée par une offre de réduction de prix. Et si en plus le PSG est éliminé d’ici là…