«Serre-Ponçon, un spot pour la voile sportive.»

Interview : Alexis Aubespin. Le directeur de l’Office du tourisme de Serre-Ponçon est heureux : le lac des Hautes-Alpes accueillera en juillet 2020 une étape du Tour Voile. Une première sur une étendue d’eau intérieure pour la course. Serre-Ponçon souhaite faire de son site, au cœur des Alpes, une destination pour les pratiquants de voile sportive, et envisage même d’être “base arrière” pour les épreuves de Paris 2024 qui se disputeront à Marseille.

Pourquoi Serre-Ponçon accueille une étape du Tour Voile en 2020 ?

Alexis Aubespin : «Au travers de grands événements voile l’objectif est de mettre le zoom sur le lac de Serre-Ponçon comme destination pour la pratique de la discipline. La venue du Tour Voile crédibilise le site comme un spot de haut niveau, ce qui n’était pas une évidence car il s’agit d’un lac intérieur au milieu des Alpes et non d’un port sur une côte méditerranéenne ou atlantique. Nos conditions climatiques nous permettent pourtant d’avoir une brise thermique quotidienne de 15 à 25 nœuds de juin à septembre, et encore plus particulièrement en juillet lorsque les journées sont chaudes. Ce sont l’air frais des nuits alpines et le climat méditerranéen qui créent ces conditions de vent. Notre objectif est clair : mettre en valeur notre destination car pour la voile sportive nous avons des conditions idéales.»

Cela a-t-il été compliqué pour imposer Serres-Ponçon dans l’univers de la voile ?

A.A. : «Quand nous sommes arrivés il y a quatre ans au Salon Nautic avec le stand de Serre-Ponçon on faisait forcément un peu sourire parce que ce n’est pas dans la culture d’avoir une destination voile en montagne. Depuis, petit à petit, en démontrant que nous étions équipés et grâce à toutes les personnes qui ont découvert la voile sur le lac une vraie histoire a commencé à s’écrire. Les aménagements sur le lac, pour accueillir des compétitions et cette nouvelle clientèle dans les meilleures conditions, n’ont débuté qu’en 2008. C’était l’aboutissement d’une politique initiée par le Syndicat mixte d’aménagement du lac de Serre Ponçon. Aujourd’hui elle se traduit par l’accueil d’une étape du Tour Voile

Les épreuves de voile des Jeux olympiques de Paris 2024 se disputeront pas très loin de là, à Marseille. Le lac de Serre-Ponçon pourrait-il devenir un site d’entraînement officiel ?

A.A. : «Exactement. Serre-Ponçon est à 2h30 de Marseille et l’on sait déjà que le plan d’eau olympique sera saturé : les teams nationaux auront des créneaux d’entraînement très limités. Dans ce contexte, notre site avec une « garantie vent » de juin à septembre est un spot idéal, d’une part pour venir pratiquer, et d’autre part pour la préparation physique car la haute montagne est toute proche.»

Quel est le coût pour accueillir une étape du Tour Voile ?

A.A. : «Si on prend ce qui est payé à Amaury Sport Organisation [propriétaire et organisateur du Tour Voile] et les aménagements réalisés à coté nous sommes autour de 100.000 euros. Dans cette enveloppe je compte aussi l’organisation locale ou la communication. Concernant les installations pérennes, comme les pontons ou la capitainerie, sur dix ans les investissements sur le lac s’élèvent à environ 10 millions d’euros.»

Quels retours sur investissements attendez-vous ?

A.A. : «Nous attendons déjà des retombées touristiques car à Serre-Ponçon nous garantissons l’effet « carte postale ». Ensuite, concernant l’aspect voile et le développement de la pratique sur le lac, nous attendons un retour économique sur trois ans.»

© SportBusiness.Club Décembre 2019