Temple-sur-Lot se prépare à accueillir Paris 2024

La Base de Temple-sur-Lot veut être une base arrière pour Paris 2024

A plus de 650 kilomètres de la capitale, le village de Temple-sur-Lot compte bien tirer partie des Jeux olympiques de Paris en 2024. La commune du Lot-et-Garonne entend faire de son centre sportif une base arrière pour les équipes françaises et étrangères, un lieu d’entraînement pour le rendez-vous olympique. Un budget de 10 millions d’euros est prévu pour la modernisation des infrastructures.

«Nous souhaitons être le site majeur de préparation sportive de la région», affirme Bruno Blucheau, directeur de la base depuis un an. Ouvert dans les années 70 sur les berges verdoyantes du Lot, le lieu regroupe hébergements, restaurants et équipements sportifs haut de gamme avec deux piscines, dont une extérieure, deux salles omnisports, des courts de tennis, un terrain de football, des salles de musculation, un sauna, sans compter les eaux paisibles de la rivière offrant 25 kilomètres de navigation.

Oxford et Cambridge, duel sur le Lot

Plusieurs fédérations sportives ont investi dans la base : basket-ball, handball, boxe, aviron, canoë-kayak… Celles-ci y envoient régulièrement leurs équipes de France en stage. Ferrero en a fait son Village Kinder depuis 10 ans. La réputation a même dépassé les frontières : les équipes d’aviron des universités anglaises d’Oxford et de Cambridge ont fait de Temple-sur-Lot leur site de préparation avant leur célèbre duel sur la Tamise.

«Nous réalisons entre 36.000 et 38.000 nuitées pour un chiffre d’affaires d’affaires d’environ 2,2 millions d’euros, indique Bruno Blucheau. L’objectif est de progresser d’un million». Pour cela, la société d’économie mixte (SEM) qui rassemble les collectivités territoriales locales a décidé d’investir dans le site. Les communes et la région espèrent des retombées économiques directes de ce projet pour 2024 et après.

Une base pour l’handisport

«Les bâtiments seront rénovés, une nouvelle salle de sport est prévue et un terrain de basket-ball 3×3, précise le directeur de la base. Tous les équipements seront accessibles pour accueillir des athlètes handisport.» Mais l’élite ne serait pas la seule cible visée. «Nous allons aussi développer des offres destinées à une clientèle plus concernée par le sport-santé, le bien vieillir,» poursuit le dirigeant.

La base serait ainsi séparée en deux zones : l’une pour les stages des sportifs de haut-niveau et l’autre destinée à une clientèle familiale qui inclurait un centre de remise en forme. Le restaurant serait également agrandi. «Dans ce contexte, le mot “base” ne correspond plus vraiment à notre projet car nous sommes plus sur le concept d’un “resort”», assure Bruno Blucheau. Un grand complexe hôtelier voué au sport… où les athlètes, eux, ne seront pas en vacances.

1 Rétrolien / Ping

  1. Kinder veut pousser les enfants au sport | SportBusiness.Club

Les commentaires sont fermés.