TF1 et Canal+ en mode Coupe du Monde

Comme les garçons. La Coupe du monde féminine de football, organisée en France du 7 juin et 7 juillet, bénéficiera de la même couverture que celle des hommes disputée l’an passé en Russie, et remportée par la France. C’est la promesse de TF1 et Canal+ qui retransmettront les matchs. «Nous proposerons un dispositif éditorial aussi ambitieux», assure François Pellissier, le directeur des sports de TF1. «Nous aurons le même regard critique que pour du football masculin», affirme quant à lui Thierry Cheleman, son homologue à Canal+.

Le groupe TF1, qui a acquis les droits du mondial féminin pour 12 millions d’euros, diffusera 25 matchs sur ses antennes (voir détails ci-dessous). Tous ceux de l’équipe de France et la finale seront sur le vaisseau amiral TF1. Les autres rencontres seront retransmises sur TMC. «On verra avec les audiences comment cela évolue,» précise François Pellissier de TF1 qui ne se risque pas dans les pronostics. «Nous n’avons aucun recul pour cela, indique-t-il. Je sais que cela va cartonner pour l’équipe de France, mais difficile de voir jusqu’où cela pourra aller

Côté programmes, TF1 diffusera, comme pour les hommes, Le Mag de la Coupe du monde en soirée après toutes les rencontres, sur TF1 ou TMC. Celui-ci sera animé par la même équipe emmenée par Denis Brogniart et Nathalie Iannetta. Tout comme les garçons, des reporters suivront les Bleues en immersion : ce seront deux ex-internationales, Camille Abily et Élodie Thomis. Enfin, en amont, la Une diffusera un documentaire de Julie Gayet qui a filmé la préparation de cinq joueuses de l’équipe de France. Le but étant de mieux faire connaître au grand public ces tricolores, dont la notoriété, il faut le dire, est moins élevée que celles de leurs homologues masculins. A ce jour.

«C’est du football, tout court !»

«Nous allons proposer le plus bel écrin possible pour cette Coupe du Monde,» assure Français Pellissier fier de mettre aux commentaires des matchs des Bleues son duo vedette : Grégoire Margotton et Bixente Lizarazu, qui seront accompagnés de Camille Abily. TF1 vient de lancer une campagne de promotion, en association avec les formats dynamique de JC Decaux, et la “Tour”, symbole du siège du groupe à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), sera aux couleurs de l’événement début juin.

L’enthousiasme est identique chez Canal+ qui s’est offert les droits de la compétition auprès de TF1 et retransmettra toutes les rencontres : 27 sur Canal+ et 25 sur Canal+ Sport. Trois équipes de commentateurs et commentatrices, les mêmes que pour suivre la Ligue 1, sont réquisitionnées. «Arrêtons de dire que c’est du football féminin : c’est du football tout court,» insiste Thierry Cheleman. Le directeur des sports du groupe Canal+ confie qu’il n’a pas donné de consigne à ses équipes. «Nous ne ferons pas plus dans la vulgarisation parce qu’il s’agit d’une compétition féminine, assure-t-il. On racontera des histoires humaines, de joueuses

Pour autant, le groupe Canal+ ne pense pas que ce mondial séduira un public différent devant la télé. «Nous étions persuadés que le football féminin allait attirer de nouvelles population, mais c’est finalement à la marge, reconnaît Thierry Cheleman. En revanche, cela est très différent dans les stades avec des familles qui viennent plus volontiers.» En plus des matchs, Canal+ couvrira largement le mondial féminin avec les magazines CFC (Canal Football Club) et Late Football Club consacrés à la compétition. Un dispositif complété par une quotidienne en clair à 20h00 : « L’info du sport« . Avec tout ça, nos Bleues n’ont pas d’autre choix que celui d’aller décrocher leur propre étoile. Comme les garçons.

© SportBusiness.Club. Mai 2019.


«L’affrontement est le même !»

Le journaliste Grégoire Margotton estime qu’il y a pas de différence à commenter un match de football féminin ou masculin. Le commentateur sera au micro pour les matchs de l’équipe de France sur TF1 avec Bixente Lizarazu et l’ancienne internationale Camille Abily.

Est-ce différent de commenter du football masculin ou féminin ?

Bixente Lizarazu :
«Je vous le dirai quand j’aurai fait le premier commentaire. Maintenant, il n’y a pas de raison pour que ce soit différent Cela reste un match de football avec les ingrédients d’un match de football, c’est-à-dire un scénario qui évolue… Pour moi cela ne me semble pas différent, même si je n’ai pas encore l’expérience.»

Grégoire Margotton : «J’ai commenté du handball masculin et féminin : c’est pareil. J’ai commenté de l’athlétisme masculin et féminin, c’est pareil. Sauf que ça court en 11 secondes au lieu de 9.90. Mais cela reste un chiffre. L’émotion, elle, est la même. La bataille est la même. L’affrontement est le même

Sentez-vous le même engouement autour de cette Coupe du monde que pour celle des hommes ?

B.L
. : «Il ne peut pas être le même aujourd’hui car le football féminin a commencé à se développer plus tard. Mais c’est pareil pour le foot masculin dans des pays qui le découvre, comme en Inde ou en Chine. Je trouve qu’il y a déjà un très bel engouement derrière le football féminin et cette Coupe du monde aura un effet booster énorme.»

G.M. : «Tous les dimanches matin, sur le plateau de Téléfoot, nous avons des écoles de foot et parfois des équipes féminines complètes. Cela ne se voyait pas il y a encore 10 ou 15 ans. Aujourd’hui, il y a 200.000 licenciées féminines en France, sur 2 millions au total. Dans 2 ou 3 mois, elles seront 300.000 ou 400.000. J’espère que la Fédération française de football pourra les accueillir dans ses clubs parce que ça va être un flot de gamines qui va arriver. Ca va être une explosion absolue.»

Cette Coupe du monde féminine peut-elle amener plus de femmes devant les matchs de football ?

G.M. :
«Une compétition comme celle-ci va bien au-delà. Le but est de rassembler les familles, des voisins, des collègues de travail devant les matchs. Nous ne sommes plus dans dans une audience hommes ou femmes. Quand il y a 5,5 millions de personnes qui regardent un match de handball féminin ce n’est pas un seul profil de public, c’est beaucoup plus large que cela.»

Camille Abily : «On dit que parce que ce sont des joueuses, les femmes peuvent plus s’y identifier. Personnellement je pense que ce sont les familles qui vont suivre cette Coupe du monde. Je me réjouis de voir qu’aujourd’hui les moyens mis en place pour couvrir un match féminin sont quasiment les mêmes que des garçons. Ce sont aussi les même réalisateurs. Avant, le foot féminin n’était pas spectaculaire à la télé car les matchs n’étaient couverts qu’avec quelques caméras. Désormais, les gestes techniques et les buts sont bien mis en avant et le foot féminin est devenu un vrai spectacle à part entière qui donne vraiment envie à regarder, que l’on soit un homme, une femme ou un enfant.»

Grégoire Margotton, Camille Abily et Bixente Lizarazu (TF1)

TF1 : le dispositif

Les équipes de commentateurs :

  • Grégoire Margotton et Bixente Lizarazu, Camille Abily (matchs des Bleues).
  • Christian Jeanpierre, Sabrina Delannoy.

Diffusion des matchs
25 au total TF1 et TMC

  • TF1 (tous les matchs de l’équipe de France)
    • France / République de Corée, le 7 juin à 21h
    • France / Norvège, le 12 juin à 21h
    • France / Nigéria, le 17 juin à 21h
  • TMC
    • Espagne / Afrique-du-Sud, le 8 juin à 18h
    • Angleterre / Ecosse, le 9 juin à 18h
    • Angleterre / Argentine ,le 14 juin à 21h
    • Canada / Nouvelles-Zélande, le 15 Juin à 21h
    • Etats-Unis / Chili, le 16 juin à 18h
    • Italie / Brésil, le 18 juin à 21
    • Japon / Angleterre, le 19 juin à 21h
    • Suède / Etats-Unis, le 20 juin à 21h
  • A répartir :
    • Six huitièmes de finale
    • Tous les quarts de finale
    • Les demi-finales, la petite finale et la finale (sur TF1).

Canal+ : le dispositif

  • Les équipes de commentateurs :
    • Stéphane Guy, Aline Riera, Jessica Houara-D’hommeaux (matchs des Bleues).
    • Joris Sabi, Anne-Laure Salvatico, François Marchal.
    • David Berger, Xavier Giraudon, Paul Tchoukriel.
  • Canal Football Club (CFC),
    • Le dimanche 19h55 sur Canal+ (15, 23 et 30 juin)
    • Hervé Mathoux, Pierre Ménès, Habib Beye, Dominique Armand, Laure Boulleau.
  • L’Info du Sport
    • Du lundi au vendredi (en clair) à 19h55 sur Canal+ et Infosport+ (10 juin au 5 juillet)
    • Marie Portolano, Karim Bennani.
  • Late Football Club :
    • Chaque soir de match à 23h00 sur Canal+ ou Canal+Sport
    • Laurie Delhostal, Eric Besnard, Gauthier Kuntzmann, Geoffroy Garetier.
  • Documentaires
    • Bleues : Un an dans l’intimité des joueuses de l’équipe de France (90 minutes), sur Canal+ dans Sport Reporter du 26 mai à 21h00. Réalisation : Mathieu Darnon.
    • Little Miss Soccer : le football féminin dans le monde (52 minutes), sur Planète+ le 4 juin à 21h00. Réalisation : Candice Prévost et Mélina Boetti.
    • Lionnes : le quotidien des jeunes filles U15 de Vénissieux (90 minutes), sur Canal+ Family le 9 juin à 20h50. réalisation : Marc Sauvourel.
L’équipe Canal+ pour la Coupe du monde de football féminine 2019

[table “WWC-France2019-Agenda” not found /]

2 Rétroliens / Pings

  1. La Chaîne l'Equipe augmente la réalité pour le mondial féminin | SportBusiness.Club
  2. Les chiffres éco de la Coupe du monde féminine 2019 | SportBusiness.Club

Les commentaires sont fermés.