A very Nice Tour de France

Cyclisme

Vingt-et-une étapes, vingt-neuf cols et 3.470 kilomètres, le parcours du Tour de France cycliste 2020 a été dévoilé mardi 15 octobre par Amaury Sport Organisation. Christian Estrosi, Maire de Nice, ne retient lui que les deux premiers jours de courses : c’est sa ville qui organisera le Grand-Départ, les 27 et 28 juin. Un événement qui entrera dans le cadre des célébrations du 160e anniversaire du rattachement de Nice à la France, mais surtout pour lequel l’édile niçois a bataillé plusieurs années afin de l’obtenir.

«En 2009, à l’occasion du départ du Tour de France à Monaco, j’avais suivi la première étape et quand nous sommes arrivés sur la grande corniche, puis déboulé sur Nice, j’ai vu cette foule immense qui ne faisait que grossir en arrivant sur le port la promenade des Anglais, une image absolument incroyable, raconte Christian Estrosi. Je me suis alors dit que nous étions vraiment faits pour avoir le départ du Tour. Cela a failli se réaliser en 2013, mais ce fut finalement en Corse et nous étions alors base arrière. Certes, c’était déjà un petit air de départ, mais ce n’était pas le grand départ. Nous avons persévéré et obtenu cette organisation. ASO nous connaît bien, notamment avec Paris-Nice.»

Deux millions d’euros pour Nice

Accueillir le grand-départ du Tour coûtera 2 millions d’euros à la Ville de Nice. La Métropole et la Région PACA versent aussi leurs parts. «Les retombées économiques pour un événement comme celui-ci ont été estimées entre 26 et 30 millions d’euros, affirme le maire de Nice. Pour l’Euro 2016 de football ce fut presque 45 millions d’euros, et le Grand-Prix de France de Formule 1, c’est environ 15 millions pour la ville de Nice. L’autre intérêt de ce grand-départ c’est que nous sommes juste avant la pleine saison estivale.»

Christian Estrosi met aussi dans la balance l’Etape du Tour, cette cyclo-sportive ouverte aux amateurs qui, le 5 juillet 2020, réunira 16.000 cyclistes amateurs sur le même parcours que la deuxième étape des professionnels. Ce sera une nouvelle aubaine pour les hôtels et restaurants de l’agglomération niçoise. Enfin, le départ du Tour de France sera également pour Nice l’occasion de communiquer sur sa politique environnementale : «Nous serons dans un objectif zéro plastique, nous mettrons en avant nos transports en commun et le tramway, l’électro-mobilité ou le vélo», précise le maire de Nice. L’ancien champion de moto compte mettre en pratique ces objectifs environnementaux : le 3 novembre prochain, il reliera Nice à Cannes à pied… à l’occasion du Marathon des Alpes-Maritime. «En revanche, je n’ai pas encore pris la décision pour participer à l’étape du Tour,» confie-t-il. Avec 4.000 mètres de dénivelé positif à vélo, on comprend son hésitation.

© SportBusiness.Club. Octobre 2019

Mise à jour, lundi 21 octobre 2019. Dans Libération : «La Municipalité de Nice a engagé 3,55 millions d’euros HT dans le cadre d’un marché passé avec la société ASO et pour lequel, en échange, le Tour de France partira de Nice pendant trois jours, avec deux départs en boucle et un départ depuis l’Allianz Riviera. Ce versement intervient en deux temps (1,8 million d’euros en 2019 et le solde en 2020).»

Thomas Voeckler, ambassadeur A.S.O., Christian Prudromme, directeur du Tour de France, Christian Estrosi, maire de Nice, Yann Le Moenner, Directeur Général d’ A.S.O.