Trophées Sporsora : Lidl, le hand et Paris 2024 primés

Le championnat du monde masculin de handball, organisé en France en janvier 2017, a été à l’honneur de la 14e édition des Trophées Sporsora. Jeudi 15 février, lors de la cérémonie qui s’est tenue au Théâtre du Trianon, à Paris, Lidl a été consacré Sponsor de l’année, pour son activation autour du mondial, et la Fédération française de handball a sacré dans la catégorie des détenteurs de droits pour l’organisation de l’événement. Voici le palmarès complet.


Sponsor de l’année : Lidl.

A l’occasion du championnat du monde masculin de handball, Lidl, partenaire officiel de l’événement, qui s’est conclu sur le titre mondial des Bleus, a réalisé trois spots TV et animé les 285 fans zones mises en place. La marque, qui aura distribué 145 000 cadeaux aux spectateurs, a été la première citée en notoriété spontanée sur ce mondial. Lidl est partenaire depuis 2015 de la discipline en France grâce à des accords conclus avec la fédération française (FFHB) et la la ligue nationale de handball (LND). L’enseigne est aussi le namer du championnat de France, rebaptisé Lidl Starligue. En septembre 2017, le distributeur a lancé la plateforme Madeinhand.fr qui affiche déjà 570 000 visites.

2e : FDJ, pour l’opération «FDJ s’engage pour Elles» en faveur du sport féminin.
3e : Banque Populaire, pour l’activation de la victoire de son bateau et du skipper Armel Le Cleac’h lors du Vendée Globe 2016/17.


Stratégie d’un détenteur de droits : Fédération française de handball

Jean-Francois Jeanne (Infront), Céline Jobert (La Fourmi), Jean-Pierre Feuillant (FF Handball), Jad Zoghbi (MKTG)

L’organisation du 25e championnat du monde masculin de handball, en janvier 2017 en France, a été une réussite, notamment grâce à la victoire des Bleus en finale, le 26 janvier à l’Accor Hôtels Arena, face à la Norvège (33 à 26). Il s’agissait du sixième titre mondial pour les Français. Une réussite aussi pour l’organisation menée par la fédération française : 540 000 spectateurs ont assisté aux 84 matchs qui affichent un taux moyen de remplissage supérieur à 85%, 53% des spectateurs n’étaient pas issus de la «famille du handball», 26 000 retombées médias valorisées à 177 millions d’euros en équivalent publicitaire, 500 millions de personnes touchées dans le monde, 176 pays couverts par l’événement… et la meilleure audience sportive de l’année en télévision pour la finale diffusée par TF1.

2e : Fédération française de tennis pour le Mojjo Pro Tour, une solution pour réaliser automatiquement des résumés de matchs.
3e : Ligue nationale de basket-ball, pour son partenaire Amazon qui a créé une boutique en ligne unique pour le merchandising de tous les clubs français.


Activation : Perrier

Thierry Reboul (Ubi Bene), Françoise Bresson (Nestlé Waters)

Une tyrolienne dont le point de départ est installé au deuxième étage de la Tour Eiffel, à plus de 100 mètres de hauteur, et qui vous propulse «à la vitesse d’une balle de tennis» en une minute après un vol de 800 mètres au-dessus des promeneurs du Champ de Mars, dans le village Perrier installé durant Roland Garros. Cette opération incroyable, baptisée «Smash Perrier» et signée par l’agence Ubi Bene, a offert à la marque de Nestlé Waters des retombées de la même dimension : plus de 72 millions de contacts et 2,6 millions d’engagements sur les réseaux sociaux. Première marque associée à Roland Garros 2017, Perrier a trusté 80% de la part de voix.

2e : Adidas pour la campagne «Here to Create», lors du championnat du monde de handball 2017 en France.
3e : FDJ pour le Championnat de France des Pronos

Note du rédacteur : Je ne résiste pas à l’envie d’intégrer ma propre expérience du «Smash Perrier», une descente que j’ai eu le privilège et la chance d’effectuer.


Coup de Cœur du Jury : Journées Olympiques de Paris

«Ces journées olympiques ont contribué à la décision finale du CIO», assure Stéphane Fievet, responsable des grands événements au cabinet de la Maire de Paris. Durant deux jours, les 23 et 24 juin 2017, 1,2 million de personnes se sont rendus sur cet événement gigantesque organisé par la Mairie de Paris et l’agence Ubi Bene, dont le point d’orgue était cette piste d’athlétisme flottante installée sur la Seine entre les ponts Alexandre III et des Invalides : 50 000 ont eu la chance de courir quelques foulées sur cette installation hors-norme, dont Emmanuel Macron, le Président de la République. L’événement a été couvert par 350 journalistes, dont la moitié d’étrangers, et sur Twitter 1,5 milliard de messages utilisant le hashtag #Paris2024 ont été répertoriés : c’était 10 fois plus que pour son concurrent Los Angeles, également engagé à l’époque dans la course à l’organisation des Jeux olympiques de 2024.


Personnalités de l’année : Tony Estanguet et Bernard Lapasset.

Les co-présidents du Comité de candidature Paris 2024 ont reçu, assez logiquement, le Trophée Sporsora des personnalités de l’année, une catégorie de retour dans ce palmarès. Le duo a été la cheville ouvrière de ce chantier de deux ans dont l’issue finale et heureuse a été l’attribution de l’organisation des Jeux olympiques de 2024 à la capitale, le 13 septembre 2017 lors de la session du Comité international olympique à Lima, au Pérou. Triple champion olympique de canoë, Tony Estanguet a pris jour après jour une véritable carrure internationale et a remarquablement incarné la candidature parisienne. Ancien président de la fédération française puis de la fédération internationale de rugby, Bernard Lapasset a lui apporté son expérience de la négociation et de la diplomatie avec les instances sportives internationales. Tony Estanguet a été nommé président du Comité d’organisation des Jeux olympiques Paris 2024, (COJO), et Bernard Lapasset en est devenu président d’honneur.


Startup de l’année : La Centrale du Sport.

Trois associés, Mickaël Bardes, Kevin Fournier et Adrien Gontero, ont fondé en 2016 une plateforme d’achats d’équipements sportifs en ligne dont l’objectif est de simplifier l’expérience d’achats des clubs, associations sportives et collectivités territoriales. Cette solution gratuite permet à ces structures amateurs de comparer les meilleures offres du marché en 48 heures et de réaliser des économies. Les distributeurs proposés doivent répondre à des critères précis en termes d’équipements, de tarifs, de délais et de conditions chez les marques.