Une agence mondiale pour les grands événements ?

Dans le cadre d’un débat sur l’économie du sport organisé par le Conseil d’Etat mercredi 6 février, Marie-George Buffet, députée de Seine Saint-Denis et ancienne ministre des Sports, a lancé l’idée d’une agence mondiale consacrée aux grands événements sportifs internationaux (GESI).

«De moins en moins de démocraties sont candidates pour accueillir les Jeux olympiques et paralympiques, et encore moins ceux d’hiver, affirme l’élue. Au moindre référendum, ces états se retirent. En revanche, d’autres pays, eux, sont intéressés par l’accueil de ces grands événements parce qu’ils vont leur permettre de rayonner à l’international, sur la scène géopolitique. Vous voyez bien ceux dont je parle

Surveiller et codifier le processus

Selon Marie-George Buffet, il n’y a pas de régulation en la matière sur l’attribution de ces GESI. «N’est-il pas temps de réfléchir à une agence internationale qui permettrait d’éviter cette instrumentalisation politique et les phénomènes de corruption lors de désignation de pays hôtes pour ces grands événements sportifs ?» interroge l’ancienne ministre.

Dans l’idéal de la députée du groupe communiste, cette structure, qui ne se substituerait pas aux fédérations internationales, serait composée à parité entre le mouvement sportif et les états, et placée sous l’égide de l’Unesco, à l’image de l’agence mondiale antidopage qu’elle a contribué à construire. «Cette agence surveillerait un processus clairement codifié et contribuerait à la transparence de ces opérations» assure Marie-George Buffet.

© SportBusiness.Club. Février 2019


Le sport, combien de dépenses ?

Didier Primault, directeur général du Centre de droit et de l’économie du sport de Limoges, a indiqué lors d’un colloque au Conseil d’Etat mercredi 6 février que les dépenses en matière de sport en France se montaient en 2016 au total entre 37 et 38 milliards d’euros. «Nous sommes pauvres en statistiques sur le sport, précise l’expert. Selon des différentes études existantes, les dépenses des ménages sont estimées à 17 milliards d’euros, celles des collectivités territoriales entre 9 et 12 milliards, celles de l’Etat entre 4,8 et 5 milliards et celles du secteur privé entre 3,1 et 5,9 milliards