Vitality club résident au Stade de France

esport

Il a fallu attendre plus de vingt ans pour que le Stade de France ait, enfin, son club résident. Signe du temps, il s’agit d’une équipe e-sport : Vitality, une des structures professionnelles les plus puissantes en France. L’enceinte sportive de Saint-Denis, qui accueille les matchs des équipes de France de football et de rugby, ainsi que plusieurs spectacles par an, compte maintenant sur cette discipline pour développer de nouvelles ressources : «L’e-sport peut devenir un quatrième pied sur lequel peuvent reposer nos activités,» assure Alexandra Boutelier, directrice générale du Stade de France.

A compter de septembre, l’enceinte accueillera le centre d’entraînement du club. «Ce sera notre Camp des Loges,» lâche Fabien Devide, dit “Néo”, fondateur et président du Team Vitality en faisant référence au Paris Saint-Germain. La comparaison avec le football est effectivement possible. Au Stade de France, les équipes de Vitality, une quinzaine de joueurs professionnels, disposeront de 200 mètres carrés où seront installées trois salles d’entrainement, mais aussi une salle de réunion, une cuisine, divers bureaux et des salles de soin.

Une aréna prévue

«L’objectif est d’encadrer les talents et d’aller vers la performance, explique Fabien Devide. Pour cela, nous sommes en cours de recrutement d’un directeur sportif, un ancien athlète de haut niveau issu du sport traditionnel. Il supervisera l’entraînement physique des joueurs, mais aussi la préparation mentale et la nutrition.» En revanche, contrairement aux “gaming houses” traditionnelles des écuries e-sport, le centre n’hébergera pas les joueurs. «Je ne veux pas rester en vase clos, indique le patron de Vitality. Il est important que l’e-sport s’ouvre.»

Le Stade de France fait un pari sur l’avenir en s’associant avec une équipe d’e-sport. «C’est un peu comme en 1995, lors de la signature de la première convention de gestion du Stade de France, à l’époque personne n’avait prédit que le rugby aurait pu un jour remplir les 80.000 places du stade, rappelle Alexandra Boutelier. Avec cet accord, on monte une première marche.» La deuxième devrait être la création d’une aréna permanente capable de recevoir des compétitions récurrentes et d’accueillir entre 500 et 1.000 spectateurs. «Nous avons la place pour cela mais ce projet se discutera dans le cadre des travaux prévus pour la Coupe du monde de rugby 2023 et des Jeux olympiques de 2024,» poursuit la DG du Stade de France.

La troisième marche, elle, est déjà en vue : l’organisation d’événements e-sport dans le stade même. «Nous avons la capacité de proposer la plus grande jauge mondiale pour l’e-sport, soit 100.000 spectateurs,» affirme Alexandra Boutelier. Ce sera dans quelques années. L’accord entre le Stade de France et Vitality, est défini comme “un échange de flux réciproques” avec un modèle “évolutif”. «Nous appréhendons le phénomène,» assure la directrice générale de l’enceinte sportive qui a désormais les manettes en main pour l’avenir Stade de France.

© SportBusiness.Club. Juin 2019


Vitality : puissance 3 au Stade de France

Trois équipes du Team Vitality seront hébergées à partir de septembre 2019 dans le centre d’entraînement du Stade de France : FIFA, le jeu de football, dont l’un des tous meilleurs joueurs mondiaux, Corentin Thuillier dit “Maestro”, porte les couleurs du club ; League of Legends Academy, c’est-à-dire les espoirs car l’équipe “A” évoluant dans le championnat européen reste basée à Berlin ; Rainbow Six, également en Ligue européenne. Une équipe Rocket League pourrait également venir s’ajouter. Team Vitality, une des équipes e-sport majeures en Europe, a levé 20 millions d’euros de fonds fin 2018 et dispose d’un budget annuel d’environ 5 à 6 millions d’euros. L’équipe dispose de partenaires importants, comme Adidas, Orange et Red Bull, dont les logos s’affichent sur les maillots des joueurs. Ce ne sera pas le cas pour le Stade de France.