A la SNCF, les athlètes sont sur de bons rails

Sportifs, mais cheminots avant tout. Depuis près de 40 ans, la SNCF accompagne les athlètes de haut niveau. Mais ici, ces champions ne viennent pas pour faire de la figuration. Chacun doit d’abord choisir un métier ou une formation. L’objectif est de s’intégrer dans l’entreprise. C’est le cas pour la nouvelle promotion d’une trentaine d’athlètes qui désormais disposent de leur compte Instagram dédié. « Dans le cadre du Pacte de performance, nous avons fait le choix de proposer uniquement des contrats d’insertion professionnelle aux futurs cheminots de haut niveau », explique Laurent Guillemette, directeur de projets à la SNCF, en charge des grands événements sportifs. Lui-même est un ancien membre de l’équipe de France de voile… et du dispositif SNCF.

C’est via une convention avec l’Agence nationale du sport, qui vient d’être renouveler, que la SNCF recrute ses athlètes. Le transporteur a mis en place une grille de sélection spécifique, et pas uniquement liée à l’image du sportif. « Nous ne signons pas de contrat d’image avec nos athlètes, poursuit Laurent Guillemette. Ils font partie de nos ambassadeurs pour la marque SNCF, auprès de leurs équipes mais également auprès de nos clients. Nous comptons sur leur authenticité, leur lien étroit avec la performance afin qu’ils embarquent nos équipes derrière cette valeur ». L’authenticité de l’athlète, qui bénéficie d’un planning aménagé pour s’entraîner et participer aux compétitions, comptera plus que sa notoriété.

Ce sera surtout son projet professionnel, celui de l’après carrière sportive, qui primera sur le choix. « Au final, c’est à l’athlète de nous donner son accord pour nous rejoindre, insiste Laurent Guillemette. Nous lui faisons des propositions de formation, nous lui montrons le chemin pour lui apprendre le métier ». Ce contrat est renouvelé tous les ans, selon les performances sportives du collaborateur. Une grande partie, 70% à 80%, choisit de rester dans la grande maison un fois les baskets raccrochées. A ce jour, plus de 200 champions, dont 27 médaillés olympiques, sont passés par la Team SNCF. La perspective des Jeux de Paris 2024 pourrait ouvrir un peu la jauge de ces cheminots-sportifs, et peut-être aussi le spectre des disciplines. Vincent Milou, le premier skater-cheminot vient d’être recruté. On attend maintenant une B-girl-cheminot.

© SportBusiness.Club Mars 2021