Une grande partie de l’argent du sponsoring va aux structures amateurs

Finalement, on ne prête pas qu’aux riches. Selon une étude réalisée par KPMG pour Sporsora, et présentée ce jeudi 25 mars 2021, 40% de l’argent du sponsoring sportif en France bénéficie aux clubs amateurs et aux associations*. C’est devant, juste un peu, que les clubs professionnels : 36%. Le solde est capté par les fédérations sportives (9%) et les événements sportifs récurrents (7%). L’étude estime le gâteau global, qui ne prend en compte que les investissements privés en France, à près de 2,5 milliards d’euros.

Au total, le rapport de KPMG, qui s’est basé sur des données rassemblées auprès des ligues professionnelles, des fédérations et d’enquêtes du CNOSF, comptabilise plus de 32 000 contrats. De quoi donner une bonne photographie du marché, même si certains secteurs manquent, comme l’univers des sports mécaniques ou les grands événements ponctuels. Première observation : seul 1% des contrats est supérieur au million d’euros ! Ceux-ci se concentrent logiquement dans les clubs professionnels et les grands événements. La très grande majorité des accords de sponsoring, 92%, est inférieure à 100 000 euros.

Les PME en pointe

Autre constat : près de 9 contrats de sponsoring sur 10 (89%) sont signés par des PME. Comme les montants des accords sont moins élevés, ils ne représentent plus que 59% en valeur sur la totalité. De manière très surprenante, les PME sont, en proportion des contrats, les plus présentes au sein des clubs professionnels (92%). Elles représentent 76% des contrats des fédérations sportives et 75% des enceintes sportives. Les PME abondent aussi à 90% des recettes de sponsoring des clubs amateurs.

Ces chiffres confortent Sporsora. L’association des acteurs économiques du sport craint de voir ce marché du sponsoring sportif s’écrouler en raison de la crise sanitaire qui a notamment mis le sport amateur à l’arrêt complet cette saison : -20%* des investissements privés dans les partenariats à court ou moyen terme ! Du coup, c’est avec cette enquête sous le bras, que les représentants des sponsors français vont plaider pour le projet de mesures fiscales incitatives, à l’image de ce qui existe dans le mécénat culturel. Ces possibilités pourraient n’être réservées qu’aux PME.

© SportBusiness.Club Mars 2021

(*) Article mis à jour vendredi 26 mars 2021. Cette part comprend les écuries de voile mais pas les clubs de haut niveau.


Le marché du sponsoring sportif en France en 2020

 
Nombre d'organisations
Budget total
Part du budget
Clubs professionnels
182
870 M€
36%
Structures de haut niveau
1 690
274,5 M€
11%
dont équipes féminines
251
14,9 M€
1%
dont équipes masculines
1 305
89,5 M€
6%
dont écuries de voile
134
170 M€
4%
Clubs amateurs*
197 800
866,9 M€
36%
Fédérations sportives
115
227,9 M€
9%
Evénements privés
1 372
164,7 M€
7%
Loisirs marchands
-
5,4 M€
>1%
Enceintes sportives privées
29
19,6 M€
1%
TOTAL
201 188
2 428,9 M€
100%
Sources : Etude “le marché du sponsoring sportif en France”, par Sporsora et KPMG. Publié jeudi 25 mars 2021. Etude menée entre novembre 2020 et janvier 2021 sur des contrats portants sur l'année 2020. (*) Clubs amateurs affiliés ou non à une fédération fédérale