Football. La LFP demande à l’Etat d’aider les clubs

Entrée du siège de la Ligue de football professionnel, à Paris.

Un milliard d’euros. C’est l’estimation des pertes cumulées par les clubs professionnels français selon la Ligue nationale de football (LFP) qui demande “un plan de soutien d’urgence” de la part de l’Etat. Le Conseil d’administration de l’instance sportive, réuni ce mardi 9 février 2021, a chiffré “l’atterrissage” (comme le définit la Ligue) en termes de droits TV pour l’actuel saison : 759,1 millions d’euros. Un “atterrissage” bien brutal car le foot français attendait initialement 1,307 milliard… avant la défaillance de Mediapro.

A ces 540 millions d’euros envolés, s’ajoutent quelques autres centaines de millions liés au manque à gagner des recettes billetterie et hospitalités plombées à cause de la prolongation (jusqu’à aujourd’hui) du huis clos dans les stades imposé pour lutter contre la propagation du covid-19. Au regard de ces chiffres, les mesures d’aide déjà proposées, soit environ 100 millions d’euros hors prêt garanti par l’Etat, se révèlent “insuffisantes ou inadaptées pour poursuivre l’activité de la filière” selon la LFP qui demande une réunion d’urgence avec les ministères de l’Économie et des Sport.

“Il n’est pas question ici de demander à l’Etat de compenser la baisse des droits TV, ni la défaillance de Mediapro, indique la LFP dans un communiqué. Sur ces sujets, les clubs ont déjà fait de gros efforts pour s’adapter à cette baisse majeure de revenus”. La Ligue salue ainsi les négociations engagées dans quelques clubs avec les joueurs et qui ont déjà abouties à des baisses de salaire. “Il en va de la survie du secteur du football professionnel, et surtout d’un patrimoine culturel et économique que l’on ne peut pas aujourd’hui laisser partir en fumée,” conclut la LFP.

© SportBusiness.Club Février 2021