Impactées, les entreprises du sport tiennent le coup

La deuxième vague d’étude menée par le Cosmos (Conseil Social du Mouvement Sportif) et le cabinet Sport Carriere est sans appel : plus de 8 entreprises du secteur du sport sur 10 (84,2%) affirment être impactées (notes de 4 ou 5 sur une échelle de 0 à 5) par la crise économique résultante de la pandémie du covid-19. Plus de 7 sur 10 (71,1%) estiment que la crise sanitaire a beaucoup impacté leur marché. Les résultats de cette enquête réalisée en novembre, auprès de 506 employeurs du sport, associatif, commercial ou professionnel, sont quasiment aux mêmes niveaux que ceux de la première vague en mai dernier.

Malgré un moral qui reste dans les crampons, notamment parce que 79,4% d’entre eux s’attendent à un résultat net en baisse, les professionnels du sport entrevoient tout de même un peu l’espoir. Ainsi, quand 95,5% de interviewés indiquaient qu’ils n’avaient pas recruté en mai, ils ne sont plus que 73,5% en novembre. Plus d’un quart des entreprises du sport a donc réalisé au moins une embauche. De même, il reste une très large majorité, 95,4% en novembre, à assurer ne pas avoir eu recours à des licenciements. L’avenir, en revanche, est plus trouble.

Si 56,7% des entreprises affirment qu’elles n’auront pas recours aux licenciement, plus d’un tiers (37%) ne se prononcent pas sur cette possibilité. D’ailleurs, près de la moitié (48,6%) indique qu’il n’y a pas de recrutement en cours. Si 22,8% affirment que ces projets de recrutement sont soit décalés soit gelés, plus d’un quart (27,5%) ont confirmé avoir recruté depuis septembre dernier. Quant aux emplois, il s’agira surtout de CDD (38,9%), d’emplois saisonniers ou de services civiques (36,7%) ou de contrat d’alternance (34,4%). Seules 23,1% des entreprises du sport prévoient le recrutement en CDI.

© SportBusiness.Club Décembre 2020