La Seine et les monuments de Paris stars de la cérémonie d’ouverture 🔓

Notre-Dame, le Louvre, le musée d’Orsay… Dans pratiquement deux semaines, vendredi 26 juillet 2024, la Seine et les monuments emblématiques de la capitale seront au centre de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques et paralympiques de Paris. Le déroulé de l’événement, qui pourrait être suivi par plus d’un milliard de téléspectateurs dans le monde, est tenu secret jusqu’au jour J. Son contenu mêlera art et sport au cœur de la Ville Lumière.

Seulement une dizaine de personnes connaissent le scénario exact de ce spectacle de 3h45. Le coup d’envoi sera donné à 19h30 et, à l’image du mot d’ordre de Tony Estanguet, le président de Paris 2024, le spectacle entend “casser les codes”. C’est déjà le cas pour sa forme : c’est la première fois qu’une cérémonie d’ouverture de Jeux olympiques se tient hors d’un stade. Une initiative identique a toute fois été testée, avec succès, en 2016 pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse, à Buenos-Aires en Argentine.

A Paris, spectacle artistique et parade olympique protocolaire seront réunis au cœur de Paris dans une seule et même grande fête d’ouverture. De 6 000 à 7 000 athlètes, sur les 10 500 au total, représentant toutes les nations participantes, défileront sur 85 bateaux qui paraderont sur la Seine aux couleurs de leur délégation, du Pont d’Austerlitz, en aval, à celui d’Iéna, au Trocadéro, en aval, où se tiendra le bouquet final. Les athlètes seront célébrés par quelque 3 000 danseurs, musiciens, comédiens et circassiens qui prendront d’assaut les berges et les ponts sur un parcours de six kilomètres, le long duquel sont attendus 326 000 spectateurs sur les quais hauts et bas.

“Merveilleux, divertissant, spectaculaire”

Environ 200 habilleurs et près de 300 coiffeurs et maquilleurs seront aussi postés dans des loges “de chaque côté de la Seine”, selon les organisateurs qui orchestreront la cérémonie depuis un quartier général installé dans les locaux du Conseil économique social et environnemental. Des écrans géants seront également installés sur les quais. Selon France Télévisions, le spectacle contiendra des séquences vidéos enregistrées au préalable et insérées dans la narration du récit.

Le “plus grand spectacle du monde” se doit d’être “merveilleux, divertissant, spectaculaire mais aussi porteur de sens”, selon son concepteur Thomas Jolly, Directeur artistique des cérémonies à Paris 2024. Le parcours sera composé de douze tableaux ou stations artistiques, “traversés par le sport”, qui célèbreront les athlètes, raconteront “une histoire de ce qu’est la France“, un pays de la “diversité“, et fêteront “le monde entier réuni”, souligne le créateur.

Thomas Jolly et ses équipes ont travaillé en plusieurs étapes, construisant d’abord un récit avec des auteurs et des autrices, validé en juillet 2023. Une étude de faisabilité, bouclée fin 2023, a conduit à certaines adaptations avant d’entamer les répétitions, ainsi que la création et la conception des costumes, signé Daphnée Bürki, et des décors. « Pourquoi construire des décors, alors que j’ai le plus beau du monde ?”, aime à dire Thomas Jolly, qui a choisi de mettre en scène les monuments célèbres qui bordent la Seine.

Edith Piaf et Nathalie Dessay

Parmi ces vedettes à qui il était “impensable de ne pas rendre hommage”, selon lui : Notre-Dame de Paris. Dévastée par un gigantesque incendie en 2019 et restaurée grâce à un chantier titanesque depuis, la cathédrale a retrouvé sa clarté minérale, sa flèche et la quasi-totalité de sa toiture, et doit rouvrir le 8 décembre prochain. Ainsi, les artistes pourraient prendre d’assaut les échafaudages extérieurs encore installés, où “des répétitions ont été organisées”, avant deux autres étapes au théâtre du Châtelet et au musée du Louvre, selon des sources du milieu de la culture.

A Orsay, deux personnes sélectionnées par le partenaire mondial des Jeux olympiques Airbnb pourront assister avec quelques autres privilégiés à la cérémonie d’ouverture depuis la terrasse du musée, avant d’en découvrir les collections et de dormir sous la grande horloge au cinquième étage dans une chambre éphémère conçue par le designer français Mathieu Lehanneur, créateur de la torche et de la vasque olympiques.

La bande sonore de la cérémonie inclut les créations du directeur musical Victor Le Masne, mêlant pop, orchestre symphonique, chœurs et boucles électro typiques de la “French Touch”. Elle piochera aussi dans “d’autres registres”, selon Thomas Jolly, qui ne révèle rien mais pour qui « la France, c’est à la fois Jul, Edith Piaf ou encore Nathalie Dessay ». Côté stars, Aya Nakamura, dont le nom a circulé avec insistance ces dernières semaines, sera habillée en Dior, selon une source proche du dossier. D’après Le Canard enchaîné, Céline Dion est également attendue mais sa participation dépend de son état de santé. L’ancienne star disco Marc Cerrone est également annoncé.

Répétitions secrètes

Quelque 3 000 costumes, tous uniques, ont été créés pour l’occasion, comme des pourpoints aux allures de vestes de survêtement ou des encolures ressemblant aux collerettes du XVIe siècle, avec le souci d’utiliser des matières recyclées, selon la directrice des costumes de Paris 2024 Daphné Bürki, qui a croisé l’univers vestimentaire du sport avec celui des costumes historiques et des vêtements de gala. Aucune répétition totale n’étant possible sans trahir la surprise, le spectacle a dû être répété en intérieur, dans de très grands hangars, et sur des bases nautiques ou des rivières.

Le nom du dernier relayeur apportant la flamme aux Tuileries, où se trouvera la vasque olympique, est lui aussi tenu secret jusqu’au dernier moment. Le choix de cette personnalité est toujours très symbolique. « Il y a des tableaux que j’ai complètement “killés”, (sic) pour mille raisons: la météo, les poissons, les courants, les ponts,» expliquait Thomas Jolly mi-juin. Il a par exemple renoncé à des barges décorées portant les artistes, faute de hauteur suffisante sous les ponts de Paris. Idem pour des “ballets aquatiques”, impossibles à mettre en œuvre pour “des raisons évidentes de sécurité” ou une “tour Eiffel inversée, pour la vasque finale” recevant la flamme olympique.

Située place de la Concorde, au pied des Champs-Elysées, la cérémonie d’ouverture des Jeux paralympique , mercredi 28 août, s’annonce également “ambitieuse”, déclare le Directeur artistique, promettant “un spectacle absolument spectaculaire avec l’environnement” alentour. Ce sera un condensé “d’histoire, avec ses paradoxes”, une place où “on a coupé la tête de nos rois” et « la plus belle (avenue) du monde, sur laquelle on fête nos “Bleus” en 1998, où on se réunit pour faire la fête le jour de l’an, et aussi, dans la mythologie, le séjour des hommes et des femmes vertueux » résume Thomas Jolly. (Avec AFP)

© SportBusiness.Club Juillet 2024