Lacoste se rapproche du CIO

La quiétude du lac Léman tente le crocodile. Lacoste vient d’annoncer son premier contrat de licence avec le Comité international olympique (CIO), dont le siège est situé à Lausanne, en Suisse, sur les rives du célèbre lac. La marque française, dont l’emblème est un caïman vert, lance des collections capsules pour célébrer les Jeux passés. Premiers servis, ceux de 1968. Une gamme autour des JO de Mexico sortira en juillet, puis une autre inspirée de ceux d’hiver de Grenoble est prévue pour septembre. Ensuite, ce sera le tour de Los Angeles 1984 au printemps 2019. L’accord a été conclu jusqu’en 2020.

Lacoste ouvre ainsi la porte du CIO. Partenaire du Comité national olympique et sportif français (CNOSF), l’entreprise habille les équipes olympiques tricolores depuis 2014. Toutefois, ce contrat arrive à échéance avec Tokyo 2020. Après, il faudra obligatoirement signer un accord beaucoup plus large avec le Comité d’organisation des Jeux olympiques (COJO) de Paris 2024. Devant les coûts annoncés, plusieurs dizaines de millions d’euros, le crocodile hésite à plonger.

«Connexions évidentes entre Paris, l’olympisme et Lacoste»

«C’est vrai que l’on a déjà une connexion, et cela aurait du sens d’être partenaires des Jeux à Paris, confirme le président de Lacoste, Thierry Guibert. Mais, il est un peu tôt pour en parler. Il y a des connexions évidentes entre Paris, l’olympisme et Lacoste, toutefois, il faudra trouver notre place, la juste place, c’est-à-dire celle que nous pouvons nous permettre de payer».

L’eau du lac Léman peut s’écouler tranquillement car la stratégie marketing de Paris 2024 n’est, en fait, pas encore officiellement ficelée. Le directeur commercial du COJO, Frédéric Longuepée, qui arrive du Paris Saint-Germain, n’est pas encore en place. De plus, le Marketing Plan Agreement, ce document qui fixe les règles et tarifs pour les partenariats des Jeux, est toujours en cours d’écriture. Il se finalise. La visite, à Paris, de la commission de coordination du CIO, actuellement, fera avancer les choses. Au CIO on est confiant en indiquant que ce volet pourrait même être validé avant les vacances estivales.

Le logo du crocodile reste à Lausanne

Le mouvement olympique, lui, affirme qu’il ne serait pas mécontent de compter sur Lacoste comme partenaire officiel de Paris 2024. «On est fiers de ce premier accord signé pour des licences, insiste Timo Lumme, directeur marketing et média au CIO. On débute cette collaboration qui est un nouvel axe stratégique pour nous. Faisons déjà qu’elle soit une réussite. Après, sûrement, il y a aura d’autres opportunités pour élargir cette collaboration».

En attendant, l’imposante découpe du crocodile, logo de Lacoste, apportée spécialement au Musée olympique de Lausanne pour célébrer l’accord de licence entre la marque et le CIO restera sur place : «Un peu trop encombrant à rapporter», confie-t-on chez Lacoste. Un signe, peut-être.

Les licences : «pas pour l’argent», selon le CIO

Le Comité international olympique (CIO) compte développer ses licences, comme l’accord signé avec Lacoste. «Aujourd’hui, ce poste n’est pas très important, comparé au sponsoring ou aux droits audiovisuels, c’est un petit pourcentage, précise Timo Lumme, directeur marketing et média. Mais, pour ce poste, il n’y a pas forcément un intérêt financier. Le plus important c’est d’avoir un moyen pour toucher le grand public. On ne regarde pas les recettes en premier, mais plutôt l’impact, de ce type d’accord. Il s’agit de rendre accessible aux gens partout dans le monde des produits qui seront les véhicules des valeurs de l’olympisme».

Une plateforme mondiale e-commerce de l’olympisme

En marge de la présentation du contrat de licence signé avec Lacoste, le Comité international olympique (CIO) a confirmé le prochain lancement d’une plateforme mondiale d’e-commerce. «L’ambition c’est de profiter d’un marché global où chacun pourra acheter un produit de l’olympisme, indique Timo Lumme du CIO. Aujourd’hui, les accords de licences sont encore limités par territoires». Les collections développées par Lacoste seront proposées sur ce site commercial. Le prix des polos devraient se situer entre 100 et 120 euros.