Le Mans, course virtuelle, événement réel

Ce n’est qu’un jeu vidéo. Et pourtant, ce sera l’un des événements sportifs majeurs de ce week-end. La première édition des 24 Heures du Mans virtuelles, dont le départ sera donné samedi 13 juin à 15h00 promet d’être une véritable curiosité. Dans la vraie vie, l’événement, celui avec de réels bolides, de l’huile et de la sueur, devait se disputer ce week-end. Il a été annulé à cause de la crise sanitaire du coronavirus. l’organisateur, ACO (Automobile Club de l’Ouest), a reporté la mythique épreuve à la rentrée. Malgré tout, la ligne droite des hunaudières ne restera pas si calme que cela samedi et dimanche. Dans un monde virtuel et parallèle, celui des processeurs d’ordinateurs, cinquante bolides se défieront dans la plus célèbre ligne droite du monde.

Durant le confinement, l’e-sport et surtout le sport virtuel ont rempli le rôle de pis aller dans un monde où le sport réel était à l’arrêt total. Grands prix virtuels de moto GP, de Formule 1 ou courses cyclistes virtuel sur home-trainers ont permis de patienter. ACO ne l’a pas entendu de la même oreille et, dès le départ, l’organisateur a construit son événement virtuel comme un événement… réel.

Les 24 Heures du Mans virtuelles disposent d’un règlement de 17 pages à faire pâlir beaucoup d’organisations sportives et ACO a mis en place un plan de communication digne d’un événement planétaire. L’investissement porte ses fruits : ACO a reçu 85 candidatures pour seulement 50 voitures au départ dont des constructeurs officiels, ceux des vraies 24 Heures du Mans, tels Toyota, Aston Martin, Porsche et même Ferrari.

Une vraie offre commerciale pour les marques

L’événement est virtuel certes, mais ACO souhaite le destiner à un public plus large que le seul monde de l’e-sport. Pour cela l’organisateur a dupliqué les recettes des événements classiques et réels, pour s’ouvrir à une population beaucoup plus large et réelle. Les 24 Heures du Mans virtuelles auront un PC course, en dur, au Studio Gabriel à Paris, ainsi que son propre studio de production audiovisuelle construit pour couvrir toute la course et fournir les images aux télés du monde entier : en France ce seront France TV, sur ses supports numériques, et Eurosport, sur le vrai téléviseur.

Enfin, comme un véritable événement sportif, ACO a marketé son produit pour les annonceurs. Michelin, Rolex, Total, Gant, MMA s’affichent parmi les sponsors de l’épreuve qui a même son partenaire titre : la fédération saoudienne des sports électroniques (Safeis). La compétition hybride ouvre la voie à un nouveau terrain de jeu pour l’univers du sport en se situant dans le haut du panier de l’e-sport. Justement, c’est le basketteur Tony Parker qui donnera le départ des 24 Heures du Mans virtuelles. En vrai.

© SportBusiness.Club Juin 2020