Le métro du Grand Paris va rater le rendez-vous de Paris 2024


Les retards étaient pressentis, ils sont désormais confirmés: la Société du Grand Paris a officialisé mardi les retards de plusieurs lignes du futur métro automatique d’Ile-de-France, et notamment des tronçons qui devaient relier des sites des jeux Olympiques de 2024. Lancé à la fin des années 2000 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, le Grand Paris Express reliera sur plus de 200 km des dizaines de communes de banlieue, les centres de recherche du plateau de Saclay ou encore les deux aéroports parisiens de Roissy au nord et d’Orly au sud. Le nouveau calendrier officialisé mardi prévoit désormais des mises en service progressives des nouvelles lignes entre 2025 et 2030.

Un tronçon en particulier est très attendu: une partie de la ligne 16 sur un arc traversant la banlieue de Seine-Saint-Denis, au nord-est de Paris. Il y a quatre ans, le président Macron l’avait encore promise aux quartiers sensibles de Clichy-Montfermeil pour 2024, à temps pour les Jeux olympiques de Paris. Mais le nouveau président de la Société du Grand Paris, nommé en mars 2021 par le pouvoir actuel insatisfait des retards, n’a pu qu’admettre l’infaisabilité du calendrier. Résultat: plus de deux ans de retard. Ouverture prévue « pour le deuxième semestre 2026 », a annoncé à l’AFP Jean-François Monteils.

L’amorce de la ligne 17, qui devait mener jusqu’à l’aéroport du Bourget, où un quartier doit être construit le Village des Médias, subit le même sort: elle ne sera pas prête avant le second semestre 2026. Le président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis, Stéphane Troussel, a regretté « une mauvaise nouvelle » pour les habitants du département. « D’autres retards ne seront pas acceptables pour ce projet qui doit être un moteur de relance et un rattrapage en matière d’aménagement et d’environnement », a-t-il prévenu. « Néanmoins il faut voir le verre à moitié plein, le projet n’est pas annulé, il faudra juste être patient et attendre 2026, » a relativisé le maire du Bourget, Jean-Baptiste Borsali.

Le Village des Médias desservi en bus

Les organisateurs des Jeux olympiques et paralympiques avaient anticipé ces retards, dans le cadre de leur revue budgétaire, et déplacé quelques sites dans des lieux plus accessibles. Par exemple les épreuves de natation ont été déplacées de Saint-Denis à Nanterre, bien reliée par les transports en commun. Le problème principal sera le Village des Médias du Bourget. Il y aura des acheminements en bus prévus pour les journalistes mais le comité d’organisation envisage désormais de délester le centre de presse sur des centres annexes.

Finalement, seul le rallongement de la ligne 14 (qui était la première ligne automatisée du métro parisien et traverse aujourd’hui la capitale) devrait être réalisé à temps pour les Jeux. Ses nouveaux prolongements relieront le village olympique, à Pleyel, à l’aéroport d’Orly, ainsi que le Stade de France. L’épidémie de Covid-19 n’est qu’une des explications des retards. « Ce serait entre guillemets simple s’il n’y avait que la crise pandémique, mais l’honnêteté oblige à dire qu’il n’y a pas que la crise pandémique », affirme Jean-François Monteils.

Parmi les difficultés rencontrées, il a cité le désamiantage du site du dépôt d’Aulnay-sous-Bois, la difficulté de faire venir des techniciens d’Allemagne pour venir au chevet des tunneliers pendant le confinement et les conséquences du décès accidentel d’un ouvrier à Noël, qui a contraint un tunnelier à l’arrêt pendant six mois, pendant l’enquête. Mais tout n’est pas noir: la ligne 18, au sud et au sud-ouest, sera livrée à l’heure. Elle reliera d’ici 2027 Orly au grand pôle de recherche du plateau de Saclay, avec plusieurs grandes institutions de recherche, l’université Paris-Saclay, l’Ecole Polytechnique et HEC, le Commissariat à l’énergie atomique…

« Maintenant que le sujet J.O. est tombé, la ligne la plus urgente est la ligne 18, car elle est vitale pour la recherche française », dit à l’AFP Nicolas Samsoen, maire de Massy. « Tout le monde est déjà arrivé sur le plateau, à la rentrée prochaine de nouveaux étudiants arrivent, c’est plusieurs dizaines de milliers d’étudiants, plusieurs milliers de chercheurs, de salariés… », renchérit Grégoire de Lasteyrie, maire de Palaiseau, président de la communauté d’agglomération Paris-Saclay. In fine, la carte ne bougera pas et les 200 kilomètres restent confirmés pour 2030. « On a tout commencé et on finira tout », assure Jean-François Monteils.

Par Jean Liou et Coline Daclin
© Agence France-Presse Juillet 2021