Le sport attend aussi ses événements tests anti-covid

Heureux le monde de la culture. Deux concerts tests vont être bientôt organisés, à Marseille, au Dôme, et à Paris, dans l’Accor Arena, pour vérifier l’efficacité des protocoles sanitaires appliqués dans les salles de spectacle. Tous les spectateurs seront testés, avant puis après. Le but de ces deux expériences, menées par l’Inserm, est de contrôler scientifiquement si ce type d’événement et de rassemblement peut être, ou pas, un lieu de contamination au covid. De quoi réjouir également les acteurs du sport qui attendent de leur côté une réouverture des stades et salles… et leurs propres tests. Selon les informations de SportBusiness.Club, un événement dans l’univers du sport pourrait venir s’ajouter à cette expérimentation.

Certains ont déjà réagi. C’est le cas du HBC Nantes. Gaël Pelletier, le président du club de handball a écrit à Roxana Maracineanu, la ministre chargée des Sports, pour se signaler comme potentiel candidat à un événement test, si jamais il devait en être organisé aussi dans le secteur du sport. «Lors des venues de Barcelone et Veszprèm, en septembre dernier, on avait pu constater que nous avions un public très discipliné et très appliqué au respect des consignes, a-t-il rédigé, rapporte le quotidien Ouest France. On n’a pas été identifié par la suite comme un cluster. Ce peut être un bon terrain pour relancer la machine et réfléchir à de solutions qui pourraient s’offrir au plus grand nombre ».

Officiellement, à part le sénateur Michel Savin, aucun acteur du sport n’a réclamé des tests identiques à ceux de la culture programmés à Marseille et Paris. En janvier, Sporsora, qui compte parmi ses membres l’Accor Arena ou le Stade de France, a rendu à la ministre des Sports ses propositions au sujets des jauges possibles pour le grand public dans les enceintes sportives. L’association a insisté sur le fait que ces gérants de lieux de rassemblement sont aussi des professionnels de la gestion des flux. Des solutions de jauges progressives, selon la capacité de l’infrastructure, ont été proposées, de 25% à 60% du volume total. Sporsora attend un rendez-vous de la part du ministère de la Santé pour exposer ses solutions. De son côté, L’Union Sport & Cycle, associée à plusieurs syndicats professionnels du commerce, a réclamé au Gouvernement un calendrier pour la réouverture des centres commerciaux et des grandes surfaces, notamment d’articles de sport, de plus de 20 000 mètres carrés.

© SportBusiness.Club Février 2021