Le sport “grande cause” de l’année 2021

Edito. Samedi dernier, j’ai regardé la télévision. France 2, en début d’après-midi, diffusait le magazine consumériste Tout compte fait*. Le premier reportage dénonçait l’utilisation des bouteilles d’eau en plastique. Pour installer le sujet, la journaliste est allée à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) assister à la Corrida de Noël. La course à pieds rassemble environ 12 000 participants… qui consomment autant de bouteilles d’eau en plastique fournies par le sponsor. La marque Vittel y était bien visible. L’impact environnemental des événements de masse est effectivement un problème. Mais, le même exemple aurait pu également être donné avec un festival de musique. L’enquêtrice a choisi une compétition sportive.

Le reportage suivant s’intéressait, lui, à la malbouffe et la publicité destinée à nos enfants. Différentes études montrent que les jeunes générations actuelles sont, plus que les précédentes, atteintes par des problèmes d’obésité et de sédentarité. Cette fois, pour mettre en image ses propos, la journaliste montre des pré-adolescents… dans une salle de sport. Ainsi, en quelques minutes, deux volets du sports sont proposés : l’aspect polluant et négatif, sans indiquer pour autant que les marques et les organisateurs travaillent pour limiter cet impact (voir la web-conférence de l’engagement des marques dans le sport que j’ai animé pour Stratégies) ; l’aspect bénéfique et positif sur la santé, et là sans insister sur les bienfaits d’une pratique régulière.

Le paradoxe du sport en quelques minutes : critiqué et pourtant tellement nécessaire. D’autant plus durant cette période où ce maudit virus rend plus vulnérables nos concitoyens à la santé fragile ou en surpoids. Le manque d’activité physique est souvent pointé du doigt. La sédentarité est la seconde épidémie, et son vaccin est la pratique sportive. L’enjeu est sanitaire. Profitons de 2021, an 1 du monde d’après. A l’école, l’éducation et la culture doivent également être physiques. Il faut profiter de la mise sous tutelle du Sport par l’Education Nationale. En haut de la pyramide, le secteur professionnel doit retrouver son esprit inspirationnel, un actif bien plus important que ses dérives. Le tout aidé par un monde économique et des sponors qui prennent leurs responsablités et ne signent plus de chèques en blanc. Et promis, samedi prochain je sors courir plutôt que de regarder la télé.

Bruno Fraioli
© SportBusiness.Club Janvier 2021

(*) Tout compte fait, “Comment éviter les pièges de la consommation ?”, samedi 9 janvier 2021, diffusé à 14h00. Présentation : Julian Bugier. Reportage “Arrêtons l’eau en bouteille !” de Laura Orosemane. Reportage “Malbouffe : le scandale de la pub pour les enfants”, de Léonie Bert. En replay ici.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*