L’Europe du sport n’est pas partout à l’arrêt

Des stations de ski quasi fantômes avec des bars et restaurants fermés au public. Et pourtant la neige est là à portée de ski. La France a choisi d’ouvrir la montagne aux vacanciers mais de leur interdire les remontées mécaniques, obligatoirement à l’arrêt. Le Gouvernement a pris cette mesure sanitaire pour éviter les regroupements de populations. C’est aussi un paradoxe que les professionnels de la montagne contestent depuis début décembre. Plusieurs manifestations ont eu lieu pour dénoncer une décision qui, selon eux, pourrait entraîner une perte financière d’environ 20% pour le monde de la montagne en France.

Et pourtant, l’exemple français a été suivi ailleurs en Europe. L’Italie et l’Allemagne suivent le même protocole, c’est-à-dire la fermeture des remontées mécaniques. En revanche, ce n’est pas le cas en Espagne où, dans les Pyrénées, les stations de ski sont rouvertes depuis le 14 décembre. Toutefois, la jauge maximale des remontées mécaniques a été limitée à 10% de la capacité totale. C’est aussi le cas en Suisse où Helvètes et frontaliers peuvent skier presque tranquillement. Cependant, le Gouvernement fédéral a prévenu : si le seuil critique de reproduction du virus venait à être dépassé les stations de ski devront fermer ! C’est d’ailleurs ce qui est arrivé dans la majorité des cantons de Suisse alémanique où toutes les remontées mécaniques ont dû être stoppées.

Salles de sport ouvertes en Espagne

Dans les villes, d’autres secteurs du sport restent en souffrance, en France ou dans d’autres pays, comme les salles de sport. Fermées chez nous depuis plusieurs semaines, et même mois, c’est également le cas en Allemagne et en Italie. Pas en Espagne où elles sont ouvertes, mais avec la mise en place d’un protocole sanitaire strict. Petite lueur d’espoir : le gouvernement français a annoncé une possible réouverture le 20 janvier.

Côté professionnel, le sport est logé à la même enseigne en France, en Espagne, en Italie et en Allemagne où les rencontres se disputent à huis clos jusqu’à nouvel ordre. Les footballeurs anglais sont également privés de leurs fans malgré leur retour dans les tribunes annoncé en octobre dernier par Boris Johnson, le premier ministre britannique. Depuis, celui-ci a fait machine arrière. Généralement, les spectateurs ne devraient pas revenir dans les stades avant au moins six mois en Europe. Une grosse déception pour les joueurs qui vont rester privés de leur “douzième homme”!

Isabelle Gratien Éboué
© SportBusiness.Club Décembre 2020