Couvre-feu : des conséquences évidentes pour le sport

Gouvernement. Emmanuel Macron, Président de la République, a annoncé mercredi 14 octobre, la mise en place d’un couvre-feu entre 21h et 6h du matin pour quatre semaines, minimum, à partir de samedi 17 octobre en Ile-de-France et dans huit métropoles : Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Saint-Etienne et Toulouse. La période peut être étendue à six semaines, jusqu’au 20 novembre.

Cette mesure s’applique à tous les lieux de rassemblement, bars ou restaurants qui devront être fermés à 21h donc, aux établissements de culture, notamment cinéma et et théâtre, et également au sport. Les événements sportifs ne pourront donc pas être organisés dans les territoires concernés en soirée. Mercredi soir, le quotidien L’Equipe rapportait que l’Elysée a précisé qu’il y aura « des dérogations pour les activités professionnelles, mais les matches se joueront à huis clos ». Une autre solution consisterait à déplacer le match en journée, le week-end.

Par ailleurs, le Chef de l’Etat, a annoncé que l’univers professionnel du sport allait, comme d’autres secteurs touchés par ces contraintes de fermeture, continuer à bénéficier des mesures de soutien économique : « Le chômage partiel à plein, c’est-à-dire 100% pour l’employeur, va être réactivé pour tous ces secteurs : hôtellerie, cafés, restaurants, tourisme, événementiel, culture, sport…, a déclaré Emmanuel Macron. Ce sera jusqu’à 4,5 smic et à 84% du net pour les salariés. Mais on prend en charge à 100% pour l’employeur ».