L’Union Sport & Cycle souhaite… plus d’union des acteurs du sport

Institutions. Alors que l’Agence nationale du Sport (ANS) vient de désigner son nouveau président, Michel Cadot, l’Union Sport & Cycle, monte au créneau. Le syndicat professionnel, qui avec Medef Sport sont les porte-paroles des acteurs économiques privés du sport au sein de l’Agence, estime, dans un communiqué, que pour le “bon fonctionnement et la parfaite réussite” de celle-ci, “il ne faut pas trahir son principe fondateur“, c’est-à-dire, “un modèle collégial et partagé.”

L’Union Sport & Cycle indique ainsi être “préoccupée” par deux sujets d’actualité. D’une part, le plan de relance sectoriel. “Certaines entreprises légitimement impliquées dans le développement de la pratique, partenaires fidèles et essentiels des collectivités locales, des associations sportives et même des établissements scolaires, ne doivent pas et ne peuvent pas en être exclues contrairement à d’autres catégories d’entreprises du sport,” assure l’Union.

D’autre part, le programme Impact 2024 dont les entreprises ne sont pas intégrées au sein des consortiums éligibles. “Impliquées au quotidien et engagées pour développer la pratique ludique, physique & sportives pour toutes & tous, les entreprises sont présentes au quotidien, justifie le syndicat. Leur participation en va de la logique même portée par l’Agence nationale du Sport”.