Paris 2024 redistribue ses sports et resserre ses boulons

Les derniers mois de l’année seront déterminants pour Paris 2024. Fin décembre, la carte des compétitions et des sites devra être inscrite dans le marbre et remise au Comité international olympique. Un Conseil d’administration du Comité d’organisation des jeux olympiques et paralympiques (COJO) sera chargé, jeudi 17 décembre, d’entériner le plan de route définitif. D’ici là, les discussions promettent d’être chaudes entre les collectivités pour accueillir ou, surtout, ne pas voir partir une discipline.

Une première étape sera le Conseil d’administration du 30 septembre. Il pourrait déjà acter deux décisions importantes : l’organisation des épreuves de natation et de volley-ball en dehors de la Seine Saint-Denis. Les premières étaient prévues à Saint-Denis dans une enceinte éphémère devant se dresser au cœur du centre nautique actuellement en construction à deux pas du Stade de France. La natation pourrait échoir à Nanterre dans la Paris La Défense Arena. La structure a le mérite de déjà exister : cela permettra des économies.

Une partie de Rubik’s Cube

Le tournoi de volley-ball, lui, devait se tenir au Bourget, dans un stade provisoire également. La discipline recherche un point de chute. Ce ne sera sans doute pas le Stade Pierre Mauroy de Lille. En contrepartie à ce départs, la Seine Saint-Denis “récupérerait” deux autres disciplines, dont certainement l’escalade initialement prévue Place de la Concorde avec d’autres sports urbains.

Le COJO doit trouver 400 millions d’économies et la partie organisation pourrait être la plus touchée. Tony Estanguet et ses équipes feraient ainsi une croix sur un certain nombre de structures éphémères et coûteuses pour privilégier des infrastructures existantes… plus économiques. Un choix sans doute raisonnable. Mais toute la difficulté sera de garder le cap en matière de concept et d’héritage. Le COJO persiste à affirmer que la Seine Saint-Denis reste au cœur du projet. Les dirigeants de Paris 2024 devront user de beaucoup de diplomatie ces prochaines semaines afin que cette partie de Rubik’s Cube ne vire pas à l’affrontement politique.

© SportBusiness.Club Septembre 2020