« MAIF Sport Planète doit être inspirant et donner envie »

Podcast. Président du Groupe MAIF, Dominique Mahé présente le dispositif Sport Planète incarné par trois athlètes : la surfeuse Justine Dupont, la basketteuse Céline Dumerc, et la nageuse Charlotte Bonnet. Ce programme consiste à remettre au cœur des activations de sponsoring sportif des actions écoresponsables. Chacune de ces ambassadrices ont un projet dans ce sens.

MAIF, acteur économique privé majeur du sport français, investit 4,5 millions d’euros dans plusieurs partenariats, notamment auprès des fédérations françaises de basket-ball, de volley-ball, d’aviron, de canoë-kayak, mais aussi du sport scolaire (UNSS) et universitaire. Le président de la mutuelle d’assurances, explique pourquoi ces engagements sociétaux et environnementaux sont devenus obligatoires pour les entreprises aujourd’hui. Extraits.

Qu’est-ce que Sport Planète ? Est-ce une marque derrière laquelle pourrait communiquer la MAIF ?

Dominique Mahé : « Non, ce n’est pas forcément une marque. C’est plutôt un emblème qui sera suffisamment visible et sera porté nos trois ambassadrices. Chacune, va, dans sa pratique sportive ou son sport de prédilection, développer des actions clairement écologiques et porteuses de développement durable. Par exemple, Justine Dupont, notre surfeuse, est, de par son activité sportive, amenée à se déplacer à travers le monde : au Portugal ou à Tahiti, qui accueillera les épreuves de surf des Jeux Olympiques de Paris 2024. Elle prend forcément l’avion. Nous avons mis en place avec elle un partenariat visant à évaluer son bilan carbone. Celui-ci existe de fait, malgré tout son investissement, tout son engagement, et même, j’ai envie de dire, toute sa foi dans les pratiques écologiques. Nous allons compenser ce bilan carbone et le traduire par un investissement financier, de sa part et de la nôtre, qui permettra de reboiser la forêt d’Anglet (Côte basque) qui a brûlé durant l’été 2019. (…) Cela est très emblématique, très modélisant et cela doit aussi être inspirant et donner envie ».

Quel est le surcoût de ce programme pour la MAIF ?

D.M. : « Forcément, il est évident que tout ce programme événementiel porté par nos ambassadrices et les fédérations avec lesquelles nous sommes partenaires, constitue un investissement financier. Mais celui-ci est globalisé. Nous n’avons pas un budget dédié précisément à MAIF Sport Planète. Aujourd’hui, dans les discussions que nous avons avec nos fédérations partenaires (…), on dédie dans les enveloppes de partenariats actuels, une part qui est davantage consacrée qu’elle ne l’était hier, à cette thématique et à cet enjeu. Il y a pas réellement de surcoût. C’est dans le cadre de l’enveloppe partenariale globale que nous actons un programme d’action davantage porté sur la dimension environnementale et écologique ».

© SportBusiness.Club Mars 2021


Ecoutez le podcast de Dominique Mahé