Pourquoi l’audience de la NBA a été historiquement faible ?

Audiences

Quand, le 30 juillet dernier, la NBA a repris après une longue interruption due à la crise sanitaire, Adam Silver, le patron de la ligue nord-américaine de basket-ball, retrouva le sourire : la saison pouvait enfin se conclure… et les recettes commerciales allaient suivre. Le choc entre les Lakers et les Clippers, qui faisait allure de future finale de conférence, a rouvert le bal en fanfare avec 3,4 millions de téléspectateurs en moyenne sur TNT, et un pic à 4,1 millions en fin de rencontre. C’était deux fois plus que la moyenne des matchs de NBA sur la chaîne (1,4 million). Le public attendait ce retour. Le format inédit de ces phases finales avait démarré sous de bons auspices.

Les lendemains n’ont pas chanté et lors des play-offs les audiences ont chuté. Lourdement. ESPN n’a enregistré que 1,72 million de téléspectateurs en moyenne lors des premiers tours. L’an passé, la même phase de jeu en avait rassemblé 2,79 millions. Le constat est identique pour l’étape suivante, les finales de conférence. Les onze matchs disputés ont rassemblé 4,18 millions de personnes, soit une baisse de 35% par rapport à 2019 où ces rencontres avaient passionné 6,42 millions d’individus. Ce sont les audiences les plus faibles à ce stade de la compétition depuis 2007.

Les matchs des finales n’ont pas redressé la courbe. Au contraire. Là encore, du début à la fin les audiences ont battu des records historiques… à la baisse ! Ainsi, le “match 6”, le dernier, celui a officiellement sacré les Lakers face aux Heat, n’est que la troisième rencontre la plus regardée de l’ensemble de ces finales : 5,6 millions de téléspectateurs sur ABC. Pour ce même type de match, ils étaient 18,34 millions en 2019, 20,7 millions en 2016 et 23,25 en 2015, soit 3 à 4 fois plus !

Une compétition trop politisée ?

Les raisons de cette baisse d’audience sont multiples. Les médias américains insistent, eux, sur plusieurs points. D’une part, après la disette, toutes les compétitions ont repris en même temps. Du coup, il y a eu une surcharge d’événements sportifs, souvent à des dates identiques voire aux mêmes heures. C’est arrivé pour deux matchs des finales NBA disputées en même temps que des rencontres de foot US de la National Football League (NFL). Au final, les deux ligues ont souffert. Pour éviter ce problème, la NBA a tenté d’adapter au mieux la programmation de ses matchs quitte à jouer à des jours et des horaires inhabituels. Résultat : un manque de téléspectateurs devant la télé comme ce fut le cas pour le match 2 programmé un vendredi, jour où l’audience est la faible aux Etats-Unis. 

Enfin, une autre hypothèse est avancée pour expliquer ces faibles audiences : la politisation de la compétition. Une grande partie des joueurs NBA a soutenu le mouvement Black Lives Matter. En accord avec la NBA, joueurs et coachs ont constamment rappelé le concept de justice sociale. Il a même été question d’annuler les play-offs en signe de protestation aux affaires de violences policières qui secouent le pays. Ces prises de position auraient ainsi éloigné une partie des fans de basket, dont 45% sont des blancs. L’explication est soutenue par quelques médias américains comme Yahoo Sports.

Nicolas Toison
© SportBusiness.Club Octobre 2020