Quand Free diffuse la Ligue 1 et se moque du football

Opinion. Détenteur d’un lot du championnat de France de Ligue 1, Free figure parmi les diffuseurs officiels de la Ligue de football professionnel. Cela n’empêche pas l’opérateur télécom de se moquer de la discipline au travers d’un film publicitaire actuellement diffusé à la télévision, signé par l’agence Hérezie et dont l’objectif est de vanter les coûts d’accès réduits à la 5G via son réseau.

L’un des films de cette campagne, baptisée “Quand c’est mieux, c’est plus cher… mais pas chez Free !”, met en scène un footballeur venant de signer dans un club. Il est présenté à la presse par le président de l’équipe. Tous les poncifs du football professionnel y passent : tenue clinquante de la jeune star, gros billets de banque échangés dans le dos, montre en or, paiement de 500 millions par virement bancaire…

Comme Free a l’habitude de le faire dans sa communication, le ton est décalé et potache. Il est peut être même un peu lourd. Ainsi, pour illustrer que le contrat coûte un bras au club, c’est le président lui-même qui se fait physiquement arracher le sien par le joueur. Au cas où le téléspectateur n’avait pas bien compris l’allégorie.

Free s’acquitte annuellement de 41,8 millions d’euros pour proposer à ses abonnés les images d’extraits courts des matchs de Ligue 1. Avec cette publicité, à prendre forcément au second degré, l’opérateur montre là une bien curieuse manière de magnifier ses actifs. C’est son choix. Comme celui de réclamer une réduction de la facture à la LFP sous prétexte que ce produit audiovisuel est dévalué en raison du huis clos imposé par la crise sanitaire.

Bruno Fraioli
© SportBusiness.Club Mars 2021