Roland-Garros présente un bilan financier «assez bon»

Le tournoi de tennis de Roland-Garros, qui se termine ce dimanche 13 juin, a été impacté par la crise du covid pour la deuxième année consécutive, mais malgré des restrictions sanitaires lourdes, l’événement a pu accueillir 100 000 spectateurs sur la quinzaine, pour un bilan financier jugé « assez bon » au vu des circonstances par la Fédération française de tennis (FFT).

« Les chiffres de cette édition, compte tenu des circonstances, sont quand même assez bons, a décrit Amélie Oudéa-Castéra, la Directrice générale de la FFT. Notamment parce que nous avons pu au global accueillir 100 000 spectateurs avec environ 80% de billets grand public et 20% sur les aspects hospitalité et partenaires, avec des chiffres d’audience qui sont absolument remarquables ».

Par rapport au chiffre d’affaires généré lors des dernières éditions organisées dans des conditions normales et qui s’élevait aux alentours de 260 millions d’euros, l’édition 2021 « devrait être autour de 180 millions d’euros », soit un recul de 80 millions d’euros environ, a-t-elle ajouté. La répartition des revenus a fortement évolué, avec une « dimension média qui représentera presque 55% des recettes du tournoi cette année, un petit peu moins de 30% pour les partenariats, et de manière plus anecdotique autour de 5% pour billetterie, hospitalité et la Griffe, a détallée la dirigeante. Le poste média est quasiment 15 points au-dessus de ce qui est traditionnellement fait ».

En ce qui concerne les retransmissions, Amélie Oudéa-Castéra s’est félicitée d’audiences « remarquables » sur les chaînes publiques. Elle a notamment mis en relief le « pic de 4,1 millions de spectateurs » pour la demi-finale Djokovic-Nadal, vendredi 11 juin en soirée : « France 2 était alors la première chaîne nationale ». Pas de chiffres en revanche en ce qui concerne les audiences sur Amazon qui a retransmis en exclusivité, aux termes d’un nouveau contrat de trois ans, les dix sessions nocturnes ainsi que l’intégralité des matchs disputés sur le court Simonne-Mathieu.

Pas encore de chiffres sur l’audience d’Amazon

« Il y a eu un vrai, très beau démarrage sur Amazon », a simplement commenté la Directrice générale de la FFT qui ajouté être en attente de « données bien détaillées, bien “audimétrées” sur Amazon » d’ici à une semaine. Les sessions nocturnes, nouveauté de l’édition 2021, ont posé des problèmes en raison du couvre-feu sanitaire à 21h00 pour les neuf premières soirées et 23h00 pour la dernière, mercredi 9 juin.

Deux problèmes ont été identifiés pour les sessions de soirées, les premières du tournoi, de cette édition 2021 de Roland-Garros. D’abord pour les joueurs qui ont joués à huis clos quand les matches en journée se sont déroulés devant du public. « Ils se sont pliés à l’exercice avec beaucoup d’engagement », selon Guy Forget, le directeur du tournoi. Pour les spectateurs ensuite. Ils ont été obligés de quitter le stade sans voir la fin de certains matchs. En revanche, les chanceux qui assistaient à la demi-finale d’anthologie, Djokovic/Nadal, vendredi soir, ont eu la chance d’être autorisés, in extremis, a rester jusqu’à la fin après que la FFT a obtenu une dérogation.

« Il faut se dire que les spectateurs de vendredi ont eu droit à un bonus inespéré, et non pas que ceux de mercredi ont été privés de quelque chose », a commenté Amélie Oudéa-Castéra. Néanmoins, le “produit” session nocturne est une réussite, selon les organisateurs. « Je suis convaincu qu’à l’avenir, c’est un produit qui partira très bien, parce qu’il y a une appétence pour ce genre de match », a expliqué Guy Forget. Une question se pose quand même sur l’horaire de ce match programmé cette année à 21h00. « A-t-on envie de garder du public jusqu’à 1 heure du matin ? Dans l’idéal, non, a reconnu Guy Forget. En général, la moyenne des matchs nous a montré qu’en commençant à 21 heures, c’était jouable. Est-ce que l’on bougera un peu le curseur ? On ne s’interdit rien ».

© Agence France-Presse. Juin 2021