Tokyo 2020, des Jeux sous contrôle

Tester, tracer et isoler. Ce pourrait être la nouvelle devise des Jeux olympiques. Les dirigeants de Tokyo 2020 et le Comité international olympique viennent de dévoiler les règles sanitaires que les représentants des Fédérations internationales devront observer l’été prochain au Japon. Le document, baptisé Playbook, est le premier d’une série qui en comptera quatre, autant que les familles d’accrédités : fédérations internationales, athlètes et officiels, journalistes presse, diffuseurs télé. Aucun Playbook n’est annoncé pour les partenaires commerciaux ou les spectateurs… s’ils sont là.

La lecture de l’opus 1, destiné donc aux Fédérations internationales (FI), donne déjà une idée des règles qui seront imposées lors des Jeux de Tokyo. Le test, approuvé par le gouvernement japonais, négatif au covid-19 et de moins de 72 heures ne sera pas suffisant pour entrer au Japon. Un autre test pourra être imposé dès l’aéroport. Par ailleurs, les membres de FI devront avoir sur leur smartphone l’application Anti-Covid locale baptisée COCOA (Contact-Confirming Application). Celle-ci devra avoir été téléchargée au moins 14 jours avant l’arrivée au Japon.

Durant cette période précédent le départ l’utilisateur devra enregistrer quotidiennement sa température corporelle et donner des indications sur son état de santé. Ces données qui pourront être partagées avec les autorités de santé japonaises. A son arrivée, l’accrédité devra également indiquer son “plan d’activité” durant la quinzaine olympique : où il comptera aller sur les sites officiels, quelles sont les personnes avec lesquelles il sera en contact étroit, où il sera hébergé et avec qui, comment il se déplacera à Tokyo… Dans chaque FI, un “agent de liaison covid-19” sera désigné. Il devra valider ces renseignements.

Durant le séjour au Japon, chaque membre de FI sera invité à enregistrer quotidiennement sa température et à la reporter dans l’application COCOA. Le comité d’organisation pourra imposer des tests réguliers anti-covid. Aucun autre déplacement que ceux prévus dans le plan d’activité, ou sur les sites de compétitions officiels ne seront autorisés. Pas question de faire du tourisme donc. Pas question également d’assister à une compétition comme spectateur. Et interdiction de prendre les transports en commun.

Des tests réguliers seront réalisés de manière régulière durant la quinzaine olympique. La relation avec les athlètes ne pourra être que… distante : au moins deux mètres ! Le comité d’organisation recommande fortement d’éviter les foules, les espaces clos, de rester inutilement dans un espace où la distanciation ne peut pas être respectée. C’est le cas des ascenseurs. Beaucoup de restriction donc, mais pas de vaccin obligatoire : vacciné ou pas, les règles devront s’appliquer à tous.

© SportBusiness.Club Février 2021