Zeturf cherche à décrocher l’Amérique

Le pari était osé. Zeturf, challenger du PMU sur les paris hippiques, est devenu le partenaire titre de l’une des épreuves phares du calendrier, le Prix d’Amérique, considéré comme le championnat du monde des trotteurs. L’accord a été signé pour trois ans, et ne compte pas seulement cette seule course, dont la prochaine édition se disputera dimanche 31 janvier 2021 sur l’hippodrome de Paris-Vincennes. Zeturf est également devenu partenaire titre des épreuves de qualification : un fil rouge sur trois mois très intéressant pour la marque qui investirait plus d’un million d’euros dans cette opération.

« Le Prix d’Amérique est devenu une forme de championnat cela nous offre une meilleure visibilité durant la saison hivernale, explique Emmanuel de Rohan Chabot, Président et fondateur de Zeturf. Ce partenariat nous permet de mieux réévénementialiser ces courses ». Et aussi de développer la notoriété de la marque qui s’attaque à un marché encore très largement dominé par le PMU. Ce dernier bénéficie du monopole sur les paris en dur, dans les bars-tabacs. Operateur sur internet, univers rassemblant environ 12% des mises, Zeturf annonce un part de marché de 30% sur la partie en ligne.

Zebet recrute pour Zeturf

« Nous sommes le challenger quasi-unique, indique Emmanuel de Rohan Chabot. L’objectif est de conforter cette position mais avec une volonté de croissance. Pour cela, nous devons soutenir les courses, car s’il n’y a plus de courses, il n’y aura plus de paris…» Le patron de Zeturf se vante ainsi de reverser 6,7% des enjeux engrangés à la filière hippique et d’apporter des innovations dans les prises de paris. « Nous créons des offres spécifiques ou permettons, par exemple, la prise de paris deux mois avant la course, détaille t-il. Ainsi, le turfiste peut suivre son cheval durant ce laps de temps ».

Le développement de Zebet, marque du groupe consacrée aux paris sportifs, s’inscrit dans la même stratégie d’expansion. « Ce sont deux métiers différents, mais il existe des passerelles, reconnait Emmanuel de Rohan Chabot. Notre objectif est de rajeunir la cible du parieur hippique et le public qui s’intéresse au sport est plus jeune. 20% à 25% des parieurs sportifs peuvent aussi s’intéresser à l’hippique ». La marque a récemment signé deux partenariats dans le football, à l’AS Saint-Etienne et au Stade de Reims, où le logo s’affiche sur les maillots des joueurs. Même s’il s’agissait d’opportunités commerciales, Emmanuel de Rohan Chabot espère avoir misé sur les bons chevaux de Ligue 1

© SportBusiness.Club Janvier 2021