«Les grands sports ne sont pas incontournables pour une marque»

Eric Tong Cuong, La Chose

Le sport dans la publicité, c’est pas encore tout à fait ça, selon Eric Tong Cuong. Le fondateur de l’agence de communication La Chose, était à Monaco en tant que juré pour les Sportel Awards. Il porte un regard critique sur l’utilisation du sport et de ses valeurs dans les publicités.

«Aujourd’hui, seules les grandes marques de sport, les équipementiers, utilisent bien cet univers, estime-t-il. Tout simplement parce les Nike ou Adidas peuvent mettre les moyens. Il est encore difficile pour une marque qui n’est pas du sérail d’y aller

D’après Eric Tong Cuong, une entreprise ou une marque souhaitant s’appuyer sur les valeurs du sport pour communiquer, doit aussi prévoir un investissement conséquent, et notamment prévoir de travailler dans la durée. «Mettre un VTT dans un spot ou une image pour donner un côté nature ne sert pas à grand chose, affirme-t-il. Il faut également faire attention à l’utilisation d’ambassadeurs : les personnalités, comme Neymar ou Paul Pogba par exemple, sont si fortes dans le sport qu’elles peuvent vampiriser le discours.»

Beaucoup de choses à faire et à inventer

Pour autant, le publicitaire, qui loue la stratégie de Red Bull, considère qu’investir le territoire du sport peut être extrêmement bénéfique pour une marque. «L’échéance des Jeux olympiques de Paris 2024 peut faire bouger les choses, et les grands sports ne sont pas incontournables, indique Eric Tong Cuong. On peut faire des coups avec des tickets d’entrée intéressants sur différentes disciplines.»

Au-delà de la notoriété, une marque doit choisir des sports ou des athlètes ayant la capacité à créer la conversation avec le public. «C’est leur activité sur les réseaux sociaux qui est importante, insiste le professionnel de la communication. Il y a encore beaucoup de choses à faire et à inventer dans la communication avec le sport. Après tout, la coupe du monde de 1998 qui a tout lancé en France, ce n’était qu’il y a 20 ans.»

© SportBusiness.Club. Octobre 2018


Le palmarès des Sportel Awards 2018

  • Prix de la publicité Christian Blachas :
    The Sun: Office Knockabout par Andy Lambert (Pulse Creative London). Royaume-uni.

  • Prix du Ralenti :
    Cowboy Down. Chris Bryan (Chris Bryan Films). Australie.
  • Prix de la Découverte :
    Les Bleus 2018 : Au coeur de l’épopée russe. Théo Schuster & Emmanuel Le Ber (Fédération Entertainment). France.
  • Prix de l’Innovation :
    Speechless. Olympic Channel. Espagne.
  • Prix de la promotion d’un programme :
    Rampage Finale 2017 de Björn Miniers. Red Bull Media House. Autriche.
  • Prix du second écran :
    European Championships. Livelike & Eurovision. Etats-Unis.
  • Prix du Jury :
    FIFA World Cup 2018 : Zevzda Spark par Mark Ruberg (Fox Sports et National Géographic). Etats-Unis
  • Prix du documentaire Peace and Sport :
    Fighting For Life par Jamillah van der Hulst (Jaja Films Productions). Pays-Bas).
  • Grand Prix du Comité International Olympique :
    When they Knew par Netta-Lee Lax (NBC Sports). Etats-Unis.
  • Prix de l’autobiographie :
    Mes prolongations par Bixente Lizarazu Editions du Seuil). France.
  • Prix du livre :
    100 Marins par un collectif d’auteurs (Éditions Paulsen). France.
  • Prix de la Légende :
    Didier Deschamps, sélectionneur de l’équipe de France de football.

1 Rétrolien / Ping

  1. Cette semaine 43, Olbia a appris que… | Olbia le blog

Les commentaires sont fermés.