Les talents de la Ligue 1 partent en campagne

Fière, la Ligue de football professionnel (LFP) l’est tellement de ses talents qu’elle n’hésite pas à les mettre avant dans une campagne publicitaire. Concrétisation logique de la signature «La Ligue des Talents» dont l’institution sportive s’est dotée à l’automne dernier, ces films, deux spots de 30 secondes, sont signés par l’agence La Fourmi et diffusés du 8 au 28 janvier 2019 à la télévision et au cinéma.

La LFP profite des accords conclus avec les diffuseurs de ses compétitions pour se mettre en avant. Outre des versements en cash, les contrats signés avec les groupes Canal+, Be In Sports et France Télévisions comportent en effet un volume d’espaces publicitaires dont la Ligue peut disposer sur les antennes des chaînes partenaires. Ainsi, 14 télévisions au total diffuseront les deux spots qui seront également visibles durant deux semaines dans les cinémas UGC : Canal+ ayant le réseau en régie publicitaire.

Améliorer l’image du football professionnel

Les spots sont programmés dans les écrans publicitaires des chaînes, et non en dehors comme cela peut être le cas pour des autopromotions d’événements sportifs. Ce sont les régies commerciales des groupes qui se chargent du média-planning.

«L’un de nos objectifs cette année est de continuer à améliorer l’image du football professionnel en France, explique Nathalie Boy de la Tour, présidente de la LFP (voir aussi son interview vidéo ci-dessous). Selon le baromètre Ipsos, l’image positive a gagné 8 points en deux ans, passant de 33% à 41%. Il faut poursuivre ce travail notamment auprès de nouveaux publics, comme les jeunes et les femmes. Cette campagne publicitaire est une nouvelle étape dans cette stratégie

C’est la capacité de la Ligue 1 à créer des talents qui est mise en avant dans cette campagne déclinée en deux films. Pour cela, l’agence La Fourmi a déniché les “premières” des stars d’aujourd’hui, notamment des champions du monde : le premier but de Florian Thauvin ou Kylian Mbappé, la première passe décisive de Nabil Fékir, le premier arrêt d’Hugo Lloris lors d’un match de L1. Les films se concluent sur l’image d’une star internationale évoluant aussi en France, notamment Neymar Jr.

La LFP en Inde avec une version des films en Hindi

Les spots bénéficient aussi d’une musique originale, signée par Mr Viktor, musicien et DJ qui a collaboré avec Orelsan. Par ailleurs, ces films sont, d’une part, déclinés en 20 versions : une par club de Ligue 1. L’image finale est celle du joueur emblématique de l’équipe et cette version est destinée à être diffusée les jours de match sur l’écran géant du stade.

D’autre part, les deux films seront également exploités à l’international, notamment via les réseaux sociaux et les sites des clubs ou pour des événements promotionnels. Ainsi, ils ont été sous-titrés en… 23 langues, dont le mandarin, le russe, le bulgare ou le roumain. Nul doute que Mathieu Ficot, directeur du développement économique de la Ligue, et Olivier Jaubert, directeur commercial et marketing, ont emporté avec eux la version en Hindi lors du voyage en Inde qu’ils réalisent aujourd’hui dans le cadre de la promotion internationale de la Ligue 1.

© SportBusiness.Club. janvier 2019.


Interview vidéo : Nathalie Boy de la Tour

La présidente de la Ligue de football professionnel explique pourquoi le football pro français lance cette campagne.


Une ligue pro féminine ?

La Coupe du monde de football féminin organisée en France du 7 juin au 7 juillet mettra un puissant coup de projecteur sur la discipline. La compétition pourrait également initier la création d’une ligue professionnelle féminine en France. «L’événement sera une véritable promotion pour le football féminin et l’objectif est d’aller plus loin, indique Nathalie Boy de la Tour, présidente de la LFP. Ainsi, nous allons redistribuer aux douze clubs de D1 féminine l’intégralité du montant que nous avons reçu après la Coupe du monde, soit 1,2 million d’euros. En revanche, il est encore trop tôt pour créer une Ligue professionnelle féminine, qui se fera en collaboration de la Fédération française. Si la Coupe du monde est un succès, cela aura forcément un effet d’entraînement sur le football féminin en France, mais aujourd’hui le sujet d’une ligue professionnelle n’est pas d’actualité.»