TF1 peut-elle se passer de la Coupe du monde ?

Le drapeau, la Marseillaise, l’équipe de France… TF1 surfe sur la fibre patriotique à l’occasion de la Coupe du monde de football (14 juin au 15 juillet en Russie). La chaîne diffuse ce jeudi 21 juin le deuxième match de l’équipe de France dans ce mondial, contre le Pérou. Le premier, face à l’Australie le 16 juin, a été suivi par 12,6 millions de personnes. TF1 joue gros avec l’événement. Le groupe aurait déboursé 65 millions d’euros pour acquérir les droits des 28 meilleures rencontres du mondial russe. Ce sera autant pour la prochaine édition, fin 2022 au Qatar. L’effort financier est important mais quasiment obligatoire pour la première chaîne de France : impossible de faire l’impasse sur un événement d’une telle ampleur.

«La Coupe du monde a toujours été été un élément consécutif de la grille de TF1, confirme Ara Aprikian, directeur général adjoint chargé des contenus. Le partenariat signé avec la FIFA est structurant et de long terme. TF1 entend rester la chaîne de référence du football, de l’équipe de France et de la Coupe du monde».

«Contribuer à faire connaître toutes les offres du groupe TF1»

Entreprise privée, le groupe TF1 compte rentabiliser au mieux son investissement. Directement, en ne tenant compte uniquement que des investissements publicitaires liées aux programmes de la Coupe du monde, c’est impossible. «TF1 a naturellement vocation à avoir ces droits, à les diffuser, et d’en avoir le meilleur retour sur investissement, confirme Ara Aprikian. Celui-ci ne n’est pas forcément purement numéraire, car les montants de ces droits sont très élevés. Cela permet aussi d’affirmer la prééminence du média télévision dans un univers fortement concurrentiel. C’est aussi de montrer notre capacité à fédérer une population autour d’un événement. C’est enfin contribuer à faire connaître les autres offres du groupe TF1». Un écosystème global qui ne se réduit pas à la seule chaîne TF1.

Le football n’est plus isolé sur l’antenne de TF1. Depuis deux ans, le groupe a fait le choix d’élargir son offre et son catalogue de droits. «Nous revenons sur la Formule 1, avec quatre Grand Prix cette année (Monaco, France, Italie, Belgique), indique le dirigeant de TF1. L’an prochain nous diffuserons les Coupes du monde de football féminin en France et de rugby au Japon. Nous investissons aussi très fortement sur le handball (Euro féminin en France fin 2018). TF1 a vocation d’être la chaîne des équipes nationales et des grandes compétitions». La victoire des Bleus et la possibilité d’entonner la la Marseillaise en fin de compétition restent en option.