LFP : l’art de la sophistication

Enchères séquentielles, droit de match-up, attribution binaire… la Ligue de football professionnel (LFP) n’a pas choisi la simplicité pour élaborer son prochain appel d’offres pour les droits TV du championnat de France de Ligue 1. Il couvrira quatre saisons, de 2020/21 à 2023/24. Didier Quillot, le directeur général de la LFP préfère évoquer «une procédure sophistiquée».

Concrètement, les droits seront commercialisés en sept lots, contre six actuellement. Les trois premiers lots sont les plus attractifs pour les chaînes car ils rassemblent les meilleurs matchs. Le lot 1 est l’affiche du dimanche soir à 21h00. Il comprend les 10 plus belles rencontres de toute la saison, 28 matchs de choix 3, les magazines du dimanche soir et du lundi soir. Cependant, il paraît un peu moins prestigieux que l’actuel lot équivalent détenu par Canal+, payé 275 millions d’euros par saison, et rassemblant le match du dimanche 21h00 avec les 10 meilleures affiches et 28 matchs de choix 2 ainsi que le magazines du dimanche soir.

Six matchs le dimanche après-midi

Les lots 2 et 3 rassemblent chacun deux matchs par journée de championnat et un magazine. Le lot 4 comprend 5 matchs, dont quatre en multiplexe, tous le dimanche après-midi, nouvelle “case” de diffusion de la Ligue 1 dès la saison 2020/21. «L’objectif est d’aller chercher un public nouveau, un public familial», affirme Nathalie Boy de la Tour, présidente de la LFP. «Ces matchs le dimanche permettront aussi aux clubs de Ligue 1 de proposer de meilleures offres d’hospitalité, poursuit Didier Quillot, directeur général. Et puis, cela permettra d’avoir un élément marqueur : la Ligue 1, c’est le dimanche !».

Les trois derniers lots rassemblent le Trophée des champions, les multiplexes de la dix-neuvième et des deux dernières journées, les droits destinés à un opérateur téléphonie et deux magazines.

L’allotissement de l’offre est classique, mais cela se complexifie avec la procédure d’attribution. Lundi 28 mai, les candidats devront déposer leurs offres qualitatives. Elles serviront à calculer un coefficient pouvant valoriser, ou pas, les offres quantitatives. Cette grille de pondération, tenant compte notamment des possibilités de mise en valeur, d’exposition ou de promotion du championnat sur l’antenne, est secrète et déposée chez un huissier.

Un droit de Match-up

Le lendemain matin, mardi 29 mai, les candidats débuteront les enchères, électroniques, sécurisées et par lot. A chaque fois, le temps de réflexion sera de 15 minutes. Pour le lot 1, c’est l’offre mieux-disante qui sera automatiquement retenue. Toutefois, si le montant proposé est sous le prix de réserve, resté confidentiel et qui avait été déposé chez un huissier, la LFP proposera au candidat de surenchérir afin d’atteindre le montant escompté. Cela s’appelle un droit de Match-up. S’il le refuse, cette proposition sera faite à l’opérateur suivant, et ainsi de suite.

La procédure sera identique pour les lots 2 et 3 qui suivront, avant une attribution ferme des trois premiers lots. Toutefois, à ce stade, l’appel d’offres pourra être déclaré infructueux si aucun prix de réserve n’est atteint sur aucun des trois lots ou sur l’un d‘entre d’eux et si, dans ce cas, la somme des trois offres est inférieure au total des trois prix de réserve… «Nous sommes dans un système d’attribution binaire : les lots sont attribués ou pas», commente Mathieu Ficot, directeur des droits médias de la LFP. En cas d’échec, un nouvel appel d’offres pourra être relancé plus tard. «On aura alors jusqu’au printemps 2020», assure Didier Quillot.

Dans le meilleur des cas, les trois premiers lots sont attribués, mais les diffuseurs des lots 2 et 3 n’ont que les cases de programmation. Ils devront maintenant enchérir pour obtenir des matchs parmi quatre offres mixant des choix 1 à 5. La méthodologie d’attribution sera la même que pour les lots. Fin de la première étape.

Même les agences peuvent concourir

Le stade suivant sera l’attribution des lots 4 à 7, avec une procédure identique. Sophistiqué, donc, mais complexe un peu, aussi. «Le but est d’optimiser la visibilité du championnat, mais également de maximiser les recettes des clubs», admet Didier Quillot, qui espère bien sûr faire mieux que les 730 millions d’euros annuels actuels versés par Canal+ et Be In Sports. «Je ne ferai pas de commentaire sur les chiffres», s’empresse t-il de dire, en reconnaissant qu’il attend «un montant significativement supérieur à celui d’aujourd’hui» car, selon lui, «la sophistication de cette offre peut créer une émulation». Et sans doute aussi favoriser l’arrivée de nouveaux acteurs.

Car la LFP ouvre son appel d’offres à tous les opérateurs, diffuseurs classiques, mais aussi les acteurs d’internet, comme Amazon, Google, Facebook ou Netflix. Même les agences spécialisées dans les droits peuvent concourir, «si elles ont la vocation d’être éditeur de services», comme l’espagnol Médiapro qui vient d’acquérir les droits du championnat italien dans le but de proposer une offre payante via l’OTT. Une idée qui ferait réfléchir IMG.

«C’est la bonne période pour lancer cet appel d’offres, affirme Didier Quillot, de la LFP, qui a débuté la présentation de l’appel d’offres par la présentation d’une étude démontrant l’attractivité de la Ligue 1. D’une part, cela permettra de donner une meilleure visibilité aux clubs. D’autre part, tous les indicateurs sont au vert pour la Ligue 1, avec un spectacle qui progresse, comme les affluences et les audiences télé». Le foot français vaudrait-il un milliard d’euros ?


Un droit de sous-licence possible

Un opérateur détenteur d’un ou de plusieurs lots pourra sous-licencier ses droits, selon les termes de l’appel d’offres de la LFP. Une flexibilité qui devra toutefois se faire dans certaines règles : un minimum de cession de deux ans, une cession par lot, et non par faction. Ainsi, un opérateur pourra faire le pari d’acheter tous les droits, pour le sous-licencier ensuite. C’est l’une des trois nouveautés de cet appel d’offres, comme l’explique Didier Quillot, directeur général de la LFP dans cette interview vidéo.


Interdit aux chaînes en clair ?

«Nous serions ravis d’avoir une chaîne en clair», affirme Didier Quillot, directeur général de la LFP. Si l’essentiel de l’appel d’offres est destiné aux chaînes payantes et par abonnement, la Ligue espère que son lot 5 intéresse une chaîne en clair. Cette offre « événementielle » rassemble le match du Trophée des champions les multiplexes de la première et des deux dernières journée, ainsi que les matchs des barrages de la Ligue 1.


Ligue 1 : droits TV 2020/2024

LotsCases horairesMatchsMagazinesDiffuseur
(attribution le 29 mai 2018)
Lot 11 match/journée :
- Dimanche 21h00
Top 10 et 28 choix 32 magazines : "Le grand magazine du dimanche", "Le magazine bilan" journée.
Lot 22 matchs/journée :
- Vendredi 21h00
- Samedi 17h00
Deux lots à acquérir (1)1 magazine : "Présentation de la journée"
Lot 32 matchs/journée :
- Samedi 21h00
- Dimanche 17h00
Deux lots à acquérir (1)1 magazine : "Le magazine du samedi soir"
Lot 45 matchs/journée :
- dimanche 13h00
- dimanche 15h00 (4 en multiplexe)
1 match en co-diffusion
Choix 6 à 10 1 magazine : "Dimanche matin"
Lot 5Trophée des Champions
Multiplexes Journées 19, 37 et 38.
Lot 6 Extraits e, quasi-direct de 10 matchs/journéeChoix 1 à 101 magazine en VOD
Lot 7 2 magazines : lundi et jeudi
Championnat de France de football, Ligue 1. Détails des lots mis en jeu par la Ligue de football professionnel (LFP). Période : saison 2020/2021 à 2023/2024. (1) 4 lots de matchs mis aux enchères pour les lots 2 et 3 (4 cases de diffusion) : lot A = 28 choix 1, 10 choix 3 ; lot B = 38 choix 2 ; lot C = 38 choix 4 ; lot D = 38 choix 5.

Ligue 1 : droits TV 2016/2020

LotsCases horairesMatchsMagazinesDiffuseurs
Lot 12 matchs/journée :
- Vendredi 20h45
- Samedi 20h45
28 choix 1 et 10 choix 2
38 choix 3
2 magazines : samedi soir et dimanche soir.Canal+
265M€/saison
Lot 21 match/journée :
- Dimanche 20h45
Top 10 + 28 choix 21 magazine : "Bilan du dimanche soir"Canal+
275M€/saison
Lot 37 matchs/journée le samedi 20h45, 3 matchs en différé/journée, 12 co-diffusions de choix 2.
Choix 4 à 10 (différés choix 1 à 3)3 magazines : "vendredi et samedi soir, dimanche matin"Be In Sports
160M€/saison
Lot 4Trophée des Champions
Multiplexes Journées 19, 37 et 38.
Be In Sports
26,5M€/saisons
(lots 4, 5 et 6)
Lot 5Magazines du lundi au vendredi soir
Lot 6vidéo à la demande de tous les matchs
Championnat de France de football, Ligue 1. Détails des lots mis en jeu par la Ligue de football professionnel (LFP). Période : saisons 2016/2017 à 2019/2020.

2 Rétroliens / Pings

  1. La bonne attractivité du foot français (étude) | SportBusiness.Club
  2. La Ligue 1, le dimanche, ce serait moins d'audience TV | SportBusiness.Club

Les commentaires sont fermés.