Le Giro-e conjugue tourisme, hospitalité et vélo électrique

En marge du Giro, qui débute ce samedi 8 mai à Turin (Italie) une autre course se dispute depuis quatre ans en lever de rideau de chaque étape : le Giro-e, une épreuve cyclosportive officielle réservée à des amateurs éclairés… et disputée avec des vélos à assistance électrique (VAE). Chaque jour, en amont des professionnels, ce petit peloton transpire sur les mêmes routes que les “vrais coureurs”, mais sur des distances plus réduites, généralement les 70 ou 100 derniers kilomètres de l’étape du jour.

L’épreuve est une vrai course, avec un classement au temps, aux points et des épreuves de régularité. Les leaders portent d’ailleurs des maillots distinctifs et parrainés, notamment par le fournisseur local d’énergie Enel X, la compagnie ferroviaire Trenitalia, l’Automobile club italien (ACI) ou l’agence nationale du tourisme italien ENIT, qui s’affiche sur le maillot rose de leader. Des entreprises du secteur du tourisme principalement, qui ont noté leur intérêt de s’associer à cet événement.

La promotion du tourisme lent

« En tant que co-sponsors-titre nous voulons donner à l’Italie un signal de redémarrage, indique Giovanni Bastianelli, directeur exécutif d’ENIT (Ente Nazionale Italiano per il Turism). Nous souhaitons reconstruire l’image de la péninsule à travers les valeurs de la tradition, du patrimoine artistique et culturel italien avec des “itinéraires lents” de vélo de ville, un véhicule offrant une perspective différente du voyage ».

Au-delà des retombées touristiques, le Giro-e peut également se révéler une opération d’hospitalité originale ou une campagne de communication interne. Neuf équipes sont au départ de la course cyclosportive, dont cinq sont parrainées par des sponsors du Giro. Les autres le sont pas des entreprises. Chaque équipe compte six coureurs, mais, à part le capitaine, ils peuvent être remplacés tous les jours ! Sans compter sur le recrutement de stars des réseaux sociaux susceptibles d’amener un autre regard sur la course cycliste. Toyota parie ainsi sur l’instagrameuse Elisa Scarlatta. Comme les autres VIP, elle tirera la langue dans la douloureuse montée du Zoncolan. L’assistance électrique de leur vélo devrait quand même leur permettre de prendre plus de plaisir que de souffrance.

© SportBusiness.Club Mai 2021