Le Grand Prix de France 2020 baisse le rideau

Nouvelle victime de la crise sanitaire du coronavirus, le Grand Prix de France de Formule 1, qui devait se disputer dimanche 28 juin sur le circuit du Castellet (Var) a été purement et simplement annulé. «Le GIP [Groupement d’intérêt public] Grand Prix de France Le Castellet prend acte de l’impossibilité de maintenir le Grand Prix de France de Formule 1, indique un communiqué. La santé et la sécurité de ses spectateurs, de ses partenaires et de l’ensemble des acteurs de la Formule 1 est une priorité. Le GIP (…) soutient les décisions prises par le Gouvernement Français

L’interdiction d’organiser des événements rassemblant un public nombreux ”jusqu’à la mi-juillet” pouvait quand même ouvrir la porte à une possible course disputée à huis clos. Néanmoins, le comité d’organisation de l’événement, qui devait fêter la troisième édition de son retour en France, butait encore sur la fermeture, toujours effective et “jusqu’à nouvelle ordre” des frontières européennes. Impossible donc d’espérer voir les pilotes, les écuries étrangères et tout leur personnel voyager à travers l’Europe.

En 2019, 135.000 spectateurs avaient été enregistrés autour du circuit durant les quatre jours de l’événement dont le budget s’élève à environ 35 millions d’euros, dont 14 millions apportés par les collectivités territoriales. Pour la première édition, en 2018, les retombées économiques avaient été chiffrées à 78 millions d’euros pour l’ensemble de la région, dont 46 millions directement grâce aux spectateurs. Le GIP a signé pour cinq éditions, et voulait négocier pour une dizaine. Les dix premiers Grands Prix de la saison 2020 de Formule 1 sont donc annulés ou reportés. Les organisateurs du championnat du monde espèrent débuter à huis-clos en Autriche avec deux manches successives, les 5 et 12 juillet.

© SportBusiness.Club Avril 2020