Le skipper Achille Nebout trouve un vrai sponsor dans le virtuel

ETA samedi 16 janvier à 11h00. Même à terre, le skipper Achille Nebout est en course. Le navigateur devrait boucler son Vendée Globe ce week-end : arrivée prévue samedi matin donc (ETA : Estimated Time of Arrival). Une course autour du monde effectuée sur Virtual Regatta. « Je suis dans les 200 premiers et surtout leader des “skippers certifiés”, indique t-il. Mon objectif est de rester en tête et gagner dans cette catégorie ». ce qui devrait réjouir son nouveau sponsor, le cabinet d’experts comptables Amarris… arrivé grâce à cette course virtuelle.

Mi novembre, quelques jours après le départ, alors que la France est en plein confinement, le navigateur reçoit un message via son compte Linkedin. « Claude Robin, le patron d’Amaris, m’avait remarqué dans la flotte de Virual Regatta, et souhaitait savoir s’il pouvait parrainer mon bateau, raconte Achille Nebout. Nous nous sommes parlés au téléphone. J’ai fait la proposition à mon sponsor actuel, Primeo Energie. Et mon bateau virtuel a été rebaptisé Amarris-Primeo Ennergie. C’est surprenant, car d’habitude, c’est moi qui contacte les partenaires potentiel via Linkedin ». La belle histoire ne s’est pas arrêtée ici.

« En décembre dernier, après le confinement, j’ai invité Claude Robin à Lorient pour voir mon vrai bateau… et discuter d’autres perspectives », poursuit le skipper. Bien lui en a pris. Séduit, le patron d’Amarris a, en début d’année, pris la décision de suivre Achille Nebout sur les vraies courses, durant son programme Figaro de 2021, avec la Solitaire comme point d’orgue en début d’été. Le monocoque est rebaptisé Primeo Energie-Amarris, et le budget apporté, plusieurs dizaines de milliers d’euros, est bienvenu pour le navigateur. Il faudra maintenant convaincre son nouveau partenaire de poursuivre les années suivantes. Mais les retombées du Vendée Globe virtuel l’ont sans doute déjà convaincu.

© SportBusiness.Club Janvier 2021

Mise à jour, lundi 18 janvier 2021. Achille Nebout a terminé 72e du Vendée Globe virtuel disputé sur Virtual Regatta en 68 jours 22 heures 33 minutes et 48 secondes. Il se classe vainqueur dans la catégorie des skippers professionnels certifiés.