Paris 2024 dessine sa carte des Jeux

Jeux olympiques

Les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 ont pris une forme beaucoup plus concrète. Mercredi 25 novembre, le Bureau exécutif du Comité d’organisation (COJO) a validé les dernières propositions et ajustements des couples sites-disciplines pour les Jeux olympiques et paralympiques. Ce schéma, quasi-définitif, devra être encore rediscuté la semaine prochaine lors de la Revue de projet avec le Comité international olympique (CIO), les 1er et 2 décembre, puis lors du Comité exécutif de l’instance, les 8, 9 et 10 décembre, avant d’être adopté lors du Conseil d’administration de Paris 2024, le 17 décembre prochain.

D’ci là, des ajustements, à la marge, sont possibles. Les réunions techniques avec les représentants des Fédérations internationales vont se succéder, ainsi qu’avec le Comité international paralympique (IPC). Le CIO pourrait aussi modifier, un peu, les disciplines dans chaque sport. Certaines nouvelles pourraient nécessiter des infrastructures particulières. Ce peut être le cas si l’aviron de mer était adopté, par exemple. Le maître mot du COJO pour ce nouveau “concept” est optimisation. Il faut y ajouter réduction des coûts.

Une économie de 130 millions d’euros

« Cette étape est importante pour nous, assure Tony Estanguet, président du COJO Paris 2024. Ce nouveau concept gagne en sobriété tout en respectant un niveau d’ambition. L’ADN du concept est préserver avec des lieux emblématiques, culturels ou patrimoniaux ». Le nouveau projet, qui optimise au mieux les sites, en supprime quelques-uns et en mutualise d’autres avec les Jeux paralympiques, génère des économies « substantielles aux alentours de 130 millions d’euros », indique le patron de Paris 2024.

Le COJO va continuer à affiner son plan des sites d’ici décembre, et travailler aussi sur d’autres poches de réduction de coûts notamment sur les coûts de services liées à l’organisation, comme le transport par exemple, où les économies pourraient être « de même grandeur, » affirme Tony Estanguet. Les équipes de Paris 2024 devraient d’ailleurs s’inspirer des travaux entrepris par leurs collègues de Tokyo qui organiseront leurs Jeux post-covid l’été prochain.

© SportBusiness.Club Novembre 2020

  • Jeux olympiques de Paris 2024 :
    • du vendredi 26 juillet au dimanche 11 août 2024.
  • Jeux paralympiques de Paris 2024 :
    • du mercredi 28 août au dimanche 8 septembre 2024.

Une épreuve cycliste olympique populaire

Tony Estanguet, Président du Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, a confirmé qu’une épreuve populaire de cyclisme sera organisée en parallèle de la course officielle sur le même parcours emprunté par les compétiteurs. L’idée est similaire à celle du marathon, où une course grand public se déroulera également sur le tracé que les champions olympiques auront emprunté quelques heures avant. Pour le vélo, cet événement se tiendra durant les Jeux paralympiques sur le circuit dessiné en Seine Saint-Denis. Ces courses, gratuites et dont les inscriptions pourront se faire via le Club Paris 2024, est ouverte aux valides et handisportifs.


Paris 2024 : les sites des compétitions

Stade de France, Saint-Denis (Seine Saint-Denis)
“Stade Olympique”

  • 77 568 places
  • Athlétisme, rugby à 7
  • Para athlétisme

Centre aquatique, Saint-Denis (Seine Saint-Denis)

  • 17 000 places
  • Water-polo, plongeon, natation synchronisée

Centre de tir. Dugny (Seine Saint-Denis)

  • 4 120 places
  • Tir

Site du Bourget (Seine Saint-Denis)

Seine Saint-Denis (site à définir)

  • Marathon paralympique
  • Cyclisme sur route paralympique

Aréna Bercy (Accor Aréna), Paris

  • 16 208
  • Basket-ball (finales), gymnastique artistique, trampoline
  • Basket fauteuil

Aréna La Chapelle (Porte de la Chapelle), Paris

  • 8 000 places
  • Gymnastique rythmique, badminton
  • Para-badminton, para-haltérophilie

Parc des expositions (Porte de Versailles), Paris

  • Trois arénas éphémères : 6 000 à 12 000 places
  • Hall I : Volley-ball, Boccia (Paralympique)
  • Hall IV, : Tennis de table, para-tennis de table
  • Hall VI : Basket-ball, haltérophilie

Grand Palais, Paris

  • 8 000 places
  • Taekwondo, escrime
  • Escrime fauteuil, para taekwondo

Aréna Champs de Mars (Grand Palais éphémère), Paris

  • 8 000 places
  • Judo, lutte
  • Para-judo, rugby-fauteuil

Stade Tour Eiffel (stade éphémère Champs de Mars), Paris

  • 12 860 places
  • Beach volley
  • Ceci-foot (paralympique)

Esplanade des Invalides (stade éphémère), Paris

  • 8 000 places
  • Tir à l’arc
  • Para-tir à l’arc

Place de la Concorde (stade éphémère), Paris

  • 20 000 places
  • Basket-ball 3×3, BMX freestyle, breaking, skateboard

Pont d’Iéna, Paris

  • 15 640 places places (dont debout)
  • Marathon, marche, cyclisme, natation eau libre, triathlon

Stade de Roland-Garros, Paris

  • Court Philippe-Chatrier : 15 000 places
    • Tennis
    • Tennis fauteuil
  • Court Suzanne-Lenglen : 10 056 places
    • Boxe
    • Volley-ball assis (paralympique)

Parc des Princes, Paris

  • 48 583 places
  • Football (finales)

Stade Pierre de Coubertin, Paris

  • Goalball (paralympique)

Aréna La Défense (Paris La Défense Aréna), Nanterre (Hauts-de-Seine)

  • 17 500 places
  • Natation course
  • Para-natation

Stade Yves-du-Manoir, Colombes (Hauts-de-Seine)

  • 18 520 places
  • Hockey

Golf National, Guyancourt (Yvelines)

  • 32 720 places (dont debout)
  • Golf

Château de Versailles, Versailles (Yvelines)

  • Stade éphémère : 22 500 places
  • Parcours concours complet : 62 500 places (dont debout)
  • Sports équestres (dressage, saut d’obstacles, concours complet), pentathlon moderne.
  • Para-équitation

Vélodrome National, Saint-Quentin-en-Yvelines (Yvelines)

  • Vélodrome : 5 000 places
    • Cyclisme sur piste
  • Stade éphémère : 7 040 places
    • BMX course
  • Stade éphémère à Elancourt : 22 740 (dont debout)
    • VTT

Base nautique olympique, Vaires-sur-Marne (Seine-et-Marne)

  • 24 000 places (dont debout)
  • Aviron, canoë-kayak
  • Para-aviron, para-canoë

La Marina, Marseille (Bouches-du-Rhône)

  • 15 640 places (dont debout)
  • Voile

Stade Pierre-Mauroy, Villeneuve-d’Ascq (Nord)

  • 27 500 places (jauge aréna)
  • Handball

Teahupo’o, Tahiti (Polynésie française)

  • 1 500 places
  • Surf

Football : 6 stades*

  • Bordeaux : Matmut Atlantique
    • 42 115 places
  • Lyon : Groupama Stadium
    • 59 186 places
  • Marseille : Orange vélodrome
    • 63 394 places
  • Nantes : Stade de la Beaujoire
    • 35 322 places
  • Nice : Allianz Riviera
    • 36 178 places
  • Paris : Parc des Princes
    • 48 583 places
  • Saint-Etienne : Stade Geoffroy-Guichard
    • 41 965 places

(*) Mise à jour. Choix le 17 décembre 2020 lors d’un Conseil d’administration de Paris 2024