Pas de dérogation au couvre-feu pour l’Euro et peu de fan-zones

Il n’y aura pas de dérogation au couvre-feu en France pour suivre, dans un bar ou sur une terrasse, l’entrée en lice dans l’Euro des Bleus face aux Allemands mardi (21h00), tandis qu’un nombre limité de fan-zones, habituel lieu de ralliement du public lors d’un grand tournoi, seront ouvertes, tout du moins jusqu’au 29 juin.

Malgré l’assouplissement, intervenu mercredi dernier, des règles sanitaires mises en place pour lutter contre la pandémie de Covid-19, il sera encore difficile mardi pour les supporters français de se réunir en nombre pour assister aux grands débuts des champions du monde, ou à tout le moins de poursuivre la soirée au delà de la fin de la rencontre. Selon le protocole communiqué par le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, “seules des fan-zones avec des spectateurs assis peuvent être mises en place jusqu’au 29 juin, dans le respect de la jauge et des mesures sanitaires prescrites”, a indiqué à l’AFP le ministère de l’Intérieur.

Toutefois, dans un télégramme aux préfets, Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur, a demandé lundi “aux forces de l’ordre de faire preuve d’une particulière mansuétude” lors des contrôles “des personnes qui rentreraient chez elles après avoir regardé le match à l’extérieur de leur domicile”.

La décision d’ouvrir une fan-zone est du ressort des mairies, qui doivent répondre au cahier des charges sanitaires établi par le protocole, mais elle est également soumise à l’obtention d’une autorisation préfectorale. Dans ces conditions, très peu d’entre elles ont franchi le pas. A Bron, ville voisine de Lyon, une fan-zone d’une capacité de 900 places ouvrira bien ses portes mardi et elle sera accessible sur réservation, a indiqué la mairie à l’AFP. Lundi matin, il restait encore 530 places pour assister au match France-Allemagne et 799 places pour la rencontre Portugal-France du 23 juin.

Des fan-zones… selon le parcours des Bleus

A Lille, la maire Martine Aubry (PS) est “favorable à la mise en place d’une fan-zone si cela peut se faire dans le respect des règles”, selon la communication de la Ville. « La Ville et la Métropole européenne de Lille regardent si c’est possible pour les trois derniers matches, demi-finales et finale, en juillet, car le protocole sanitaire sera plus ouvert » qu’en juin, explique-t-on en mairie. Lille exclut d’en installer une en juin, car les mesures du protocole sanitaire de ce mois-ci « sont dures à mettre en place ».

Même politique à Besançon, où la mairie « projette d’organiser les retransmissions des demi-finales (6 ou 7 juillet) et de la finale le 11 juillet, au Stade Léo-Lagrange (…) avec une jauge de personnes encore à délimiter et l’obligation du “pass sanitaire” pour y accéder », indique la ville dans un communiqué. A Marseille, il ne devrait pas y avoir de fan-zone en juin, et ce n’est pas garanti qu’il y en ait en juillet non plus. Pour les diffusions de matches sur les terrasses des bars, la préfecture les a en revanche autorisées sous conditions. Sur sa page Facebook, l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie des Bouches-du-Rhône détaille ces conditions : “service à table, 6 par table, gestes barrières respectés, terrasse vide à 23h00, écran dirigé vers l’intérieur (pour éviter que des personnes non clientes puissent regarder le match depuis la rue).”

A Paris, où des rassemblements de jeunes fêtards ont été dispersés par la police ce week-end, il n’y aura pas de fan-zones non plus en juin et l’installation d’écrans de télévision en terrasse a été interdite par la mairie. Toutefois, bon nombre de bars et de restaurants ont prévu de proposer le choc France-Allemagne à leurs clients en intérieur, ce qui laisse présager des concentrations peu compatibles avec les jauges en vigueur et les règles de distanciation sociale.

Alors que le couvre-feu sera toujours en vigueur de 23h00 à 6h00 jusqu’au 29 juin, si le ministre de l’Intérieur recommande aux forces de l’ordre la “mansuétude” vis-à-vis des supporters, il prévient que “tout comportement mettant en danger le vie d’autrui doit être particulièrement sanctionné”. Dans la journée, le ministère avait fait valoir qu’il n’y aurait “pas de tolérance (concernant le couvre-feu) car avant les phases finales, il n’y a pas de prolongations et donc les matches devraient finir avant 23h00”.

Par Nicolas Blasquez avec les bureaux de l’AFP
© Agence France-Presse. Juin 2021