Louis Burton (Bureau Vallée) : « Je suis un privilégié »

Podcast. Qualifié ! Louis Burton sera bien le 8 novembre prochain aux Sables d’Olonne, en Vendée, pour prendre le départ du Vendée Globe. Son troisième tour du monde en solitaire. Ce n’est pas la seule bonne nouvelle pour le skipper de Saint-Malo : son partenaire Bureau Vallée, qui le suit depuis dix ans, lui a déjà confirmé qu’il poursuivait pour au moins dix-huit mois supplémentaires, jusqu’en mars 2022. De quoi offrir au marin une belle sérénité alors qu’il poursuit sa préparation. Extrait.

Pendant la longue période de confinement imposée par la crise sanitaire, avez-vous travaillé avec vos sponsors ?

Louis Burton : « Oui, avec Bureau Vallée et l’ensemble des magasins. Ils ont, eux aussi, traversé une periode très difficile. Ils ont réussi à rester ouvert. Cela a posé plein de questions. (…) On a essayé de rester le plus proche possible d’eux en apportant de l’optimisme et notre expérience des coups durs en mer »

Avez-vous des craintes pour la suite à cause de la crise économique ?

L.B. : « Quand on traverse une crise économique comme celle-ci, on s’interroge toujours. Nous avons la chance de travailler avec Bureau Vallée et des co-partenaires industriels depuis une dizaine d’années. L’année précédant un Vendée Globe on a pris l’habitude de parler déjà de la suite afin que sportivement je n’ai plus ces soucis-là en tête. Nous avons eu un accord de prolongation de contrat en janvier 2020. Du coup, j’avais donc une certaine sérénité grâce à cette décision, qui nous a été confirmée à la sortie du confinement. Je dois dire que je suis un ultra-privilégié de ce point de vue. Cette angoisse là, je ne l’ai plus à court ou moyen terme. Maintenant, il faudra peut-être se réinventer, faire autre chose avec ce projet, apporter une autre dimension à nos sponsors »

© SportBusiness.Club Juillet 2020

Ecoutez le podcast de Louis Burton